Loi ELAN : « C’est une loi mauvaise de bout en bout » selon Fabien Gay

Loi ELAN : « C’est une loi mauvaise de bout en bout » selon Fabien Gay

Fabien Gay, sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, était l’invité de Parlement Hebdo vendredi, sur Public Sénat. Il revient sur la loi ELAN, et dénonce une remise en cause de notre « histoire de France ».
Public Sénat

Par Maud Larivière

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La loi évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN), a suscité de vifs débats dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Son objectif est de relancer la construction de logements, mais le volet social divise profondément les députés. La gauche accuse le gouvernement de détricoter la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) et de brader le logement social.

Selon Fabien Gay, sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, cette loi « est une remise en cause de notre histoire de France ». « On a un modèle social du logement unique en Europe » rappelle-t-il.

« On est en train de libéraliser, de privatiser, de donner toutes les clefs du logement social au privé, et en réalité on ne va pas répondre à une crise du logement, qui est une des premières préoccupations des Français » estime le sénateur, qui dresse un constat alarmant : « Aujourd’hui il y a 4 millions de Français qui sont mal logés, dont 900 000 qui sont privés de logements individuels, 12 millions de Français sont en situation de précarité ».

« La loi SRU est attaquée à sa racine » affirme-t-il. « Il y a une crise du logement, il y a une crise de la cherté du logement. Il y a besoin de plus de logements sociaux dans notre pays, et qu’ils soient mieux répartis sur notre territoire ».

Le budget logement de la France est estimé à 42 milliards d’euros. Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, souhaite que ce secteur s’autofinance. « Le logement social c’est quoi ? Ce n’est pas le logement que pour les pauvres, mais le logement pour 72 % des salariés. C’est le logement pour toutes et tous. C’est une garantie d’une mixité sociale ».

Une « double peine » pour les personnes en situation de handicap

La loi prévoit la réduction de 100 % à 10 % du nombre de logements neufs, accessibles aux handicapés. « C’est ça qui a choqué tout le monde. Quelqu’un qui attend un logement social et qui est en situation de handicap, il y a déjà la difficulté d’accéder à un logement social, (…) et quand on est en situation de handicap, on va avoir la double peine. Parce qu’il faudra attendre qu’un logement social qui soit adapté au handicap, soit libéré ».

Jeudi, Fabien Gay, accompagné de Dominique Watrin, sénateur communiste du Pas-de-Calais, a posé une question au gouvernement sur la façon dont il allait procéder sur ce sujet.

Le sénateur de Seine-Saint-Denis cite la réponse du gouvernement : « Ne vous inquiétez pas, quand il y aura un logement social de libre et qu’il ne sera pas adapté, il faudra l’adapter ». « Qui le financera ? Le parc social, où les gens qui sont en situation de handicap ? On n’a pas eu de réponse » regrette-t-il avant de conclure fermement : « C’est une loi mauvaise de bout en bout »

Dans la même thématique

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le