Projet de loi sur la protection des données : une « étape majeure », selon la présidente de la CNIL

Projet de loi sur la protection des données : une « étape majeure », selon la présidente de la CNIL

Invitée de Sénat 360, la présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin, analyse les enjeux du projet de loi adopté au Sénat sur la protection des données personnelles. Elle réagit également à l’actualité, sur l’interdiction de l’application Reporty à Nice, et sur le scandale Facebook-Cambridge Analytica.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le projet de loi relatif à la protection des données personnelles a été adopté hier au Sénat, avec quelques ajouts. Transposition dans le droit français d’un paquet européen, ce texte constitue une « étape absolument majeure », de l’avis de la présidente de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL), Isabelle Falque-Pierrotin.

Quarante ans après la loi Informatique et libertés, la responsable de cette autorité indépendante explique dans Sénat 360 en quoi ce nouveau texte va « renforcer les droits » des utilisateurs sur leurs données, mais aussi « changer l’attitude » de ceux qui les exploitent.

« En termes de souveraineté numérique, c’est considérable »

« L’idée, c’est de responsabiliser ceux qui traitent les données, en les obligeant à avoir un certain nombre d’outils internes », retient par exemple Isabelle Falque-Pierrotin. Ainsi, en matière de protection, les détenteurs de données devront apporter la preuve qu’ils ont respecté la loi. Sous peine de faire face à des sanctions renforcées : jusqu’à 4% du chiffre d’affaires mondial de la société en question.

Pour la présidente de la CNIL, il y a là « l’idée que la protection des données doit entrer dans le quotidien des entreprises ».

Autre évolution : une entreprise américaine présente dans l’Union européenne devra se soumettre au droit européen. « En termes de souveraineté numérique de l’Europe, c’est considérable », estime Isabelle Falque-Pierrotin.

Hasard de l’actualité, Facebook est au cœur d’un important scandale. La société britannique Cambridge Analytica, utilisée par le président américain Donald Trump durant sa campagne, a analysé les données de millions d’utilisateurs du réseau social. À leur insu. « Nous avons en France et en Europe un encadrement qui est quand même très strict, et qui nécessite de demander le consentement à l’utilisateur », a rappelé Isabelle Falque-Pierrotin.

Critiquée par Christian Estrosi, la présidente de la CNIL évoque une « forme d’amalgame un peu radicale »

Elle a également justifié la décision de la CNIL d’interdire à Nice l’application Reporty, cet outil permettant de joindre en direct la police, via des appels vidéo. Le maire de la ville, Christian Estrosi, avait dénoncé une décision favorable aux « terroristes », estimant que la CNIL ne vivait « pas avec son temps ».

Regrettant une « forme d’amalgame un peu radicale », la présidente de la CNIL, refuse « d’alimenter la polémique » et choisit de « revenir au fond ».

« La CNIL n’est pas, par principe, opposée aux dispositifs de vigilance citoyenne », met au point Isabelle Falque-Pierrotin. « Dans ce cas précis, c’est un dispositif qui a une base légale fragile » et un système « disproportionné ».

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Projet de loi sur la protection des données : une « étape majeure », selon la présidente de la CNIL
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Projet de loi sur la protection des données : une « étape majeure », selon la présidente de la CNIL
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le