Loi séparatisme : Marlène Schiappa contre l’interdiction du port du voile aux accompagnatrices scolaires

Loi séparatisme : Marlène Schiappa contre l’interdiction du port du voile aux accompagnatrices scolaires

Tandis que les sénateurs ont voté plusieurs amendements interdisant le port de signes religieux distinctifs aux accompagnants de sorties scolaires, dans le cadre des discussions sur la loi confortant le respect des principes républicains, la ministre chargée de la Citoyenneté a indiqué que ce n’était pas la bonne manière, selon elle, « de combattre l’islamisme ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Des amendements significatifs. Au premier jour des discussions au Sénat sur le texte de loi confortant le respect des principes républicains, les membres de la Haute assemblée ont majoritairement voté plusieurs amendements visant notamment à interdire le port de signes religieux distinctifs aux accompagnants de sorties scolaires, dont le port du voile pour les mères accompagnatrices. Portés par les sénateurs Les Républicains et RDSE, les amendements ont été adoptés à 177 voix contre 144, et contre l’avis du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avançant que la laïcité se basait sur « l’acceptation de la pluralité religieuse » de la société.

Invitée sur le plateau de Public Sénat, ce mercredi, la ministre chargée de la citoyenneté est revenue sur le vote des sénateurs. « Je ne suis pas favorable à cette disposition sur le voile. Je suis très favorable à deux grands principes : la liberté de conscience et la neutralité religieuse de l’état et des services publics. Je ne crois pas qu’on combatte l’islamisme de cette manière-là, je crois que ce n’est pas souhaitable », a assuré Marlène Schiappa. Pour la ministre, la portée de cette loi surnommée « loi séparatisme », vise avant tout à « soutenir les élus locaux », notamment en mettant en place un contrat d’engagement républicain, permettant de mettre fin aux subventions des associations qui n’en respecteraient pas le principe, comme « la maire EELV de Strasbourg qui a donné 2,5 millions d’euros à une mosquée, ou le maire de Grenoble, Eric Piolle qui a financé le CCIF pendant des années », raille la ministre, en en profitant pour tacler les adversaires politiques de la majorité.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Loi séparatisme : Marlène Schiappa contre l’interdiction du port du voile aux accompagnatrices scolaires
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le