Macron en légère hausse après deux mois de baisse

Macron en légère hausse après deux mois de baisse

Emmanuel Macron redresse la barre (+1) après deux mois de forte baisse et Édouard Philippe se maintient à un niveau d'approbation...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron redresse la barre (+1) après deux mois de forte baisse et Édouard Philippe se maintient à un niveau d'approbation sensiblement identique à celui du chef de l’État, selon un sondage Ifop-Fiducial diffusé mardi.

Avec 45% des Français qui approuvent son action, Emmanuel Macron retrouve son niveau de l'automne, mais 55% (=) sont d'un avis contraire, selon cette enquête pour Paris Match et Sud Radio.

Si 66% (-2) des personnes interrogées considèrent qu'il "défend bien les intérêts de la France à l'étranger" et 57% (-2) qu'il "renouvelle la fonction présidentielle", seules 46% (+1) estiment qu'il "mène une bonne politique économique" et 34% (-1) qu'il est proche de leurs préoccupations.

La cote du Premier ministre se stabilise ce mois-ci, avec 46% (=) d'opinions favorables et 54% (+1) des Français qui n'approuvent pas son action.

Pour une majorité cependant, Édouard Philippe "dirige bien l'action du gouvernement" (55%, -1). Il est considéré comme un "homme de dialogue" (47%, -1), "capable de réformer le pays" (47%, =) par près d'un Français sur deux, mais seuls 38% (-2) le jugent proche de leurs préoccupations.

La France insoumise reste la formation qui incarne le mieux l'opposition à Emmanuel Macron (35%, +1), devant Les Républicains (27%, =) et le Front national (23%, =), mais l'image d'opposant du Parti socialiste s'affirme (13%, +2).

Enquête réalisée en ligne du 29 au 30 mars auprès de 1.010 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le