Macron veut “de nouvelles protections” face au défi de la mondialisation

Macron veut “de nouvelles protections” face au défi de la mondialisation

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a fait salle comble mardi soir à l'Athénée municipal à Bordeaux où il s'est posé en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a fait salle comble mardi soir à l'Athénée municipal à Bordeaux où il s'est posé en candidat protecteur face "aux défis de la mondialisation".

Sur les terres d'Alain Juppé, évincé de l'élection présidentielle par François Fillon lors de la primaire de la droite, le fondateur du mouvement En marche! a rendu hommage au maire de Bordeaux et repris les grandes lignes de son discours de la Porte de Versailles, mais cette fois devant un auditoire moins nombreux, d'environ 500 personnes, alors que presque autant ont été refoulées à l'entrée faute de places.

"Nos défis sont immenses" face "aux nouveaux risques de la mondialisation et de la transition numérique et environnementale", a lancé en préambule l'ex-ministre de l'Economie.

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017, a donné un meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017, a donné un meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
AFP

Face au terrorisme, au chômage, et aux "inégalités qui explosent partout dans le monde et en particulier dans nos sociétés développées", "je veux porter de nouvelles protections", a-t-il assuré. Des protections qui reposent, selon lui, sur trois "boucliers": "Un bouclier de sécurité, un bouclier social et un bouclier européen".

Le "bouclier de sécurité", c'est le rétablissement "d'une vraie autorité républicaine", a-t-il dit, avec une nouvelle fois la promesse de l'embauche de 10.000 fonctionnaires de police et de gendarmerie.

"Le bouclier social c'est la même protection pour les uns et les autres", "une protection juste, plus individuelle, plus personnelle" grâce notamment à une éducation mieux adaptée aux besoins "des quartiers les plus pauvres". Le bouclier social c'est aussi "repenser le droit au chômage et à la formation professionnelle" qu'il veut "réorganiser" au sein d'un "vrai service public".

Brigitte Trogneux, L'épouse d'Emmanuel Macron, a écouté le discours parmi le public, lors du meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
Brigitte Trogneux, L'épouse d'Emmanuel Macron, a écouté le discours parmi le public, lors du meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
AFP

Enfin, pour Emmanuel Macron, le troisième bouclier "c'est l'Europe!". "La désigner comme le seul coupable de tous nos maux c'est une erreur, car c'est le seul espace qui va nous protéger dans la mondialisation", a-t-il souligné, appelant de ses voeux une "relance de l'Europe" reposant sur un "axe franco-allemand fort".

Dans la même thématique

Macron veut “de nouvelles protections” face au défi de la mondialisation
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le