Marine Le Pen accuse En Marche de choisir “son opposition”

Marine Le Pen accuse En Marche de choisir “son opposition”

La présidente du FN Marine Le Pen a déploré jeudi qu'"En Marche choisi(sse) son opposition" à l'Assemblée nationale, et dit...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La présidente du FN Marine Le Pen a déploré jeudi qu'"En Marche choisi(sse) son opposition" à l'Assemblée nationale, et dit redouter qu'Emmanuel Macron "finisse par se prendre définitivement pour Jupiter".

"De la part du groupe En Marche, il y a un problème de captation de l'intégralité des postes, y compris ceux dévolus à l'opposition. En Marche choisit son opposition, on peut craindre qu'elle ne soit ni efficace ni pugnace", a déclaré la députée du Pas-de-Calais dans les couloirs de l'Assemblée, après un psychodrame jusque dans la nuit pour désigner les questeurs et vice-présidents de l'Assemblée.

"Je crains que le président de la République ne finisse par se prendre définitivement pour Jupiter", a lancé Mme Le Pen.

Sur le Congrès convoqué lundi par le chef de l'Etat, elle a dit n'avoir "aucune raison" de ne pas s'y présenter. "Je veux écouter ce que le président a à dire, car il ne veut plus s'adresser aux journalistes qui ont une pensée trop complexe", a-t-elle grincé.

"Mais il faut dire que le discours du Premier ministre (mardi devant l'Assemblée) perd de son intérêt", a relevé la patronne du parti d'extrême droite au sujet du discours de politique générale d'Edouard Philippe.

"Le président de la République ne veut pas être mis en contradiction, mis en difficulté, il ne veut pas qu'on lui pose des questions. En faisant cela, il maîtrise intégralement sa communication, c'est la seule chose qu'il a faite depuis son élection", a lancé Mme Le Pen dans une de ses premières interventions devant la presse dans l'enceinte du Palais Bourbon.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Marine Le Pen accuse En Marche de choisir “son opposition”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le