Marion Maréchal-Le Pen a choisi Lyon pour implanter son académie

Marion Maréchal-Le Pen a choisi Lyon pour implanter son académie

L'académie de sciences politiques voulue par l'ex-députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes à Lyon à la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'académie de sciences politiques voulue par l'ex-députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes à Lyon à la rentrée prochaine, ont indiqué lundi à l'AFP des élus FN de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

L'académie, dont la nièce de Marine Le Pen avait annoncé la création voici deux mois, "sera installée dans la quartier de la Confluence" au sud de la ville, ont précisé ces élus, confirmant des informations de l'hebdomadaire satirique lyonnais Les Potins d'Angèle. Une adresse avancée par ce dernier a cependant été démentie.

Cette académie "politique", que l'ancienne députée FN de 28 ans présente comme le "terreau de tous les courants de droite", sera inaugurée fin juin, après une conférence de presse au début du même mois, pour une ouverture prévue à la rentrée 2018-2019, ont précisé ces élus, ajoutant que le futur établissement avait reçu les autorisations nécessaires pour délivrer des diplômes et recruterait ses candidats sur dossier.

"Une équipe pédagogique est en train d'être constituée", ont-ils poursuivi.

Après avoir annoncé en mai 2017, avant les élections législatives, son retrait de la vie politique, Marion Maréchal-Le Pen a participé en février à un rassemblement conservateur très en vue près de Washington. Elle avait, dans le même temps, annoncé la création de cette "académie de sciences politiques", alimentant les spéculations sur un possible retour dans la politique active.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le