Martin Hirsch affirme avoir été menacé par un consultant qui se dit proche de l’exécutif

Martin Hirsch affirme avoir été menacé par un consultant qui se dit proche de l’exécutif

Le directeur général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, a livré un témoignage fort devant la commission d’enquête du Sénat sur l’influence croissante des cabinets de conseil. Martin Hirsch a déclaré, sous serment, qu’un consultant prétendument proche du gouvernement et de l’Élysée, l’aurait mis en garde contre des « ennuis » s’il ne faisait pas appel à lui.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

« Effectivement, dans les hôpitaux, on est beaucoup sollicités par les cabinets de conseil. » Dès le début de son audition devant la commission d’enquête sénatoriale sur l’influence croissante des cabinets de conseil, ce 26 janvier, Martin Hirsch donne le ton. Le directeur général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), raconte avoir restreint fortement, dès son arrivée il y a huit ans, le recours aux prestations extérieures de conseil en internalisant les services d’expertise. Par la suite, il s’exprime sur le démarchage, parfois insistant, auquel il a été confronté, en réponse aux interrogations de Nathalie Goulet, sénatrice Union centriste, ou Laurent Burgoa, sénateur LR.

Martin Hirsch n’a « jamais reçu d’injonctions » de ses « tutelles » de faire appel à des consultants. En revanche, il confie avoir vécu une expérience assez surréaliste. « J’ai vu quelques consultants expliquer qu’ils étaient très bien en cour avec les ministres, Premier ministre, président de la République etc. » a témoigné sous serment le directeur général. L’un d’entre eux l’a particulièrement marqué, puisqu’il lui aurait fait comprendre qu’il arriverait au directeur « des tas d’ennuis », s’il ne « faisait plus appel à lui ». « Ce sont des petits cabinets qui font ça », ajoute-t-il. Avec le sourire, il précise qu’il n’a pas donné suite à ces sollicitations et que ces menaces à peine voilées n’ont pas eu d’effets. « Vous avez souligné que j’étais toujours là », rappelle-t-il aux sénateurs.

Quelques minutes auparavant, Martin Hirsch a évoqué une autre anecdote, remontant au « samedi 14 mars » (ce qui correspondrait à l’année 2020). Il fait mention de consultants qui ont proposé leurs services bénévolement durant le premier confinement, Matignon jouant les intermédiaires. « J’ai eu un appel, à l’époque du cabinet du Premier ministre pour me dire : il y a plusieurs grands cabinets de conseil qui se sont manifestés pour aider, si tu veux, tu peux les appeler, ils sont dispos pour faire du pro bono. »

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le