Martine Vassal élue présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence

Martine Vassal élue présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence

Martine Vassal, présidente LR du département des Bouches-du-Rhône, a été élue présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Martine Vassal, présidente LR du département des Bouches-du-Rhône, a été élue présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence jeudi, un poste où elle succède à Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, qui a démissionné de cette fonction le 4 septembre.

Mme Vassal, 57 ans, a été élue au premier tour, par vote électronique, avec 181 voix contre 22 pour le communiste Marc Poggiale, président du groupe Une métropole à gauche.

Dans son discours inaugural, Martine Vassal a rendu "un hommage appuyé, sincère, profond, à Jean-Claude Gaudin, qui a porté la métropole sur les fonts baptismaux", faisant le parallèle entre le maire de Marseille et Angelo Roncalli, alias Jean-XXIII, "ce pape présenté comme un pape de transition" qui avait lancé le concile Vatican II, "le plus grand concile des cinq derniers siècles".

Elle a par ailleurs plaidé pour le rapprochement à venir entre le département et la métropole, un projet du gouvernement pour lequel le préfet des Bouches-du-Rhône a été chargé d'ouvrir une concertation d'ici la mi-novembre.

"La mise en convergence entre la métropole et le département est un véritable atout, (...) ce rapprochement va donner à notre territoire une force sans précédent", a-t-elle plaidé, demandant à tous les élus locaux de chasser en meute" pour "impulser la métropole de 2030".

"Jamais je ne renoncerai à réussir notre territoire", a-t-elle insisté, en affirmant vouloir se battre sur deux dossiers principaux, le développement économique et les transports, pour donner au territoire la place qu'il mérite "entre Barcelone et Gênes".

Martine Vassal figure également parmi les noms souvent cités pour succéder en 2020 à Jean-Claude Gaudin à la mairie de la deuxième ville de France.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Martine Vassal élue présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le