Mégafeux : les experts prédisent « 80 % d’augmentation des surfaces brûlées dans le Sud Est de la France en 2050 »

Mégafeux : les experts prédisent « 80 % d’augmentation des surfaces brûlées dans le Sud Est de la France en 2050 »

Alors que des feux de forêts ont déjà touché le sud de la France cette semaine, une mission d’information du Sénat se penche sur la prévention et la lutte contre ce qu’on appelle communément les mégafeux.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

« Analyser nos politiques publiques à l’aune du risque grandissant induit par le changement climatique ». C’est l’objectif que se sont fixé les membres des commissions de l’aménagement du territoire et des affaires économiques du Sénat, réunis en une mission d’information sur « la prévention des mégafeux et la lutte contre l’intensification et l’extension du risque d’incendie ».

« L’objectif est d’aboutir à une proposition de loi qui pourrait être déposée dès la rentrée », précise la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie Primas (LR) en introduction d’une table ronde qui rassemblait ce jeudi, les représentants des sylviculteurs, des sapeurs-pompiers de France et de l’Inrae.

« Ce sont des centrales nucléaires qui se déplacent »

Au moment où l’ensemble du territoire métropolitain connaît un épisode caniculaire, des feux de forêts ont touché en début de semaine le département du Gard. Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, auditionné ce mercredi était sur place et témoigne. « Ces feux dépassent l’entendement. Il y avait très peu de vent […] Ils prennent une telle intensité en matière de température. S’il n’y a pas de coupure de végétation entre la forêt et les éléments de lutte, on ne peut pas aller au contact […] Ce sont des centrales nucléaires qui se déplacent », explique-t-il expliquant observer au quotidien les effets du réchauffement climatique depuis 2018 […] Parce qu’il y a une sécheresse qui se répète. Il n’y a plus de saison de feux. La saison c’est du 1er janvier au 31 décembre ».

Les mégafeux ne correspondent « à aucune définition scientifique »

Pour autant, que recouvre le terme « mégafeux » est-il approprié pour décrire la situation française ? « Cette expression est issue de la presse. Elle ne correspond à aucune définition scientifique […] Quand on entend parler de mégafeux, on pense aux grands feux de Sibérie, du Québec, des Etats-Unis… Ce sont des mégafeux car ils sont devenus totalement incontrôlables et aucun moyen humain ne peut les arrêter. Le danger de cette expression, c’est son corollaire : c’est inévitable, c’est fatal. C’est dangereux car ça fournit un alibi supplémentaire pour ne rien décider politiquement », a reproché Christian Pinaudeau, ancien secrétaire général du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest.

En termes de projections d’activité de feux sous effet du changement climatique, François Pimont, ingénieur de recherche à l’INRAE, évalue « à 80 % d’augmentation des surfaces brûlées en 2050 dans la zone Sud Est ». « A la fin du siècle, dans un scénario pessimiste de réduction des émissions, nous serions sur un triplement des activités de feux. En conséquence, la zone à risque qui couvre 30 % de la zone Sud Est passerait à 50 % en 2050 et jusqu’à deux tiers à la fin du siècle. « Mais le gros des activités nouvelles générées par le changement climatique va avoir lieu dans la zone historique à risque », précise-t-il.

« La protection civile doit être un sujet de quoi qu’il en coûte »

En attendant, c’est dans la politique de prévention des risques que les interlocuteurs des élus ont axé leurs propositions. Les moyens humains et matériels de la protection et de la sécurité civile devront être renforcés. « Aujourd’hui, quand vous luttez contre les feux de forêt, ce sont les sapeurs-pompiers volontaires qui interviennent. Ils sont 196 000 depuis 20 ans […] Il faut se lancer comme objectif en 2027 d’avoir 250 000 pompiers volontaires », plaide, Grégory Allionne avant d’ajouter : « La protection civile doit être un sujet de quoi qu’il en coûte ».

Le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France demande également un renforcement du soutien de l’Etat en faveur des SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) financés en grande partie par les collectivités. L’agrandissement des zones à risque va aussi conduire, selon lui, à l’obsolescence des hélicoptères et avions bombardiers d’eau.

Colonel de sapeur-pompier de formation, le sénateur Pascal Martin (centriste) émet l’idée d’une extension des plans de prévention sur l’ensemble du territoire national et non plus uniquement sur les zones à risque.

 Lire notre article. Pompiers volontaires : que contient le texte adopté par le Sénat ?

« Il y a une nécessité à constituer des interlocuteurs locaux »

« Dans la forêt de Gascogne dans le Sud-Ouest, il y a 2 500 départs de feu par an pour 2000 hectares de brûlés. En PACA, ce sont 650 départs de feux par an pour beaucoup plus d’hectares brûlés. La différence tient au plan d’aménagement du territoire et à la prévention », a comparé Christian Pinaudeau avant de dénoncer « la bataille permanente entre les administrations centrales au sujet de leurs territoires de compétence », ministères de l’Agriculture, de l’Environnement et de l’Intérieur. « Pendant ce temps-là il ne se passe rien sur le terrain. Il y a une nécessité à constituer des interlocuteurs locaux ».

« Vous nous faites plaisir en parlant de décentralisation », a salué Sophie Primas.

Lire notre article. Pompiers et numéros d’urgence : le compromis sur la proposition de loi adopté par le Sénat

« 70 % des départs de feu sont liés à l’imprudence »

Enfin, il a été rappelé que 95 % des incendies sont d’origine humaine, soit la quasi-totalité à l’exception de la foudre. « Aujourd’hui 70 % des départs de feu sont liés à l’imprudence », a rappelé Gregory Allionne prenant l’exemple du classique mégot de cigarette et la moins classique disqueuse pour couper du carrelage.

« Les mégots brûlent 6 % des surfaces. Il y a typiquement des endroits où il y a un déficit d’informations. Sur les grandes autoroutes qui traversent le Var, il y a des gens qui fument leurs cigarettes sans se rendre compte qu’ils sont dans une zone à risque incendie de forêt », a-t-il insisté.

A ne pas oublier à quelques jours des premiers départs en vacances.

 

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Mégafeux : les experts prédisent « 80 % d’augmentation des surfaces brûlées dans le Sud Est de la France en 2050 »
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Mégafeux : les experts prédisent « 80 % d’augmentation des surfaces brûlées dans le Sud Est de la France en 2050 »
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le