Mélenchon explique pourquoi il n’a “rien à dire” sur la mort de Johnny

Mélenchon explique pourquoi il n’a “rien à dire” sur la mort de Johnny

Le chef de file de La France insoumise explique dans une vidéo pourquoi il n'a "rien à dire" sur la disparition de Johnny...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le chef de file de La France insoumise explique dans une vidéo pourquoi il n'a "rien à dire" sur la disparition de Johnny Hallyday, disant aussi comprendre "qu'il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin".

"Sur Johnny, qu'est-ce que vous voulez que je dise moi ?", lance Jean-Luc Mélenchon en ouverture de sa "revue de la semaine", mise en ligne sur les réseaux sociaux au soir de l'annonce du décès du chanteur, où il défend notamment l'idée d'un "Conseil de déontologie du journalisme".

"Quand on fait une notice nécrologique, qu'on parle de quelqu'un qui est mort, c'est soit pour dire +attention les gens, c'était quelqu'un d'important, il a écrit ceci, il a écrit cela+, et c'est une manière de signaler aux gens l'importance de quelqu'un qui disparaît. Mais là, Johnny Hallyday, il n'a pas besoin de moi pour que on sache qu'il chantait des chansons qui ont marqué son époque, son temps et tout ça", explique-t-il.

"Donc moi j'ai rien à dire sur le sujet (...) en tout cas moi j'ai pas plus à dire que ceux qui sont en train de me regarder".

"Je comprends qu'il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin, pourtant ils ne le connaissent pas, ils ne lui ont jamais parlé, ils n'ont fait que écouter sa musique", affirme-t-il également. "Mais c'est un chagrin qu'on a sur la vie qui passe, sur la vanité des choses, sur tout ce qui dans notre propre existence personnelle a pu entrer en résonance avec les autres grâce à une musique ou une chanson".

Contrairement à de nombreuses autres personnalités de tous bords, Jean-Luc Mélenchon n'avait pas réagi mercredi à l'annonce du décès de Johnny Hallyday.

Son porte-parole Alexis Corbière avait retiré un tweet mercredi matin selon lequel "la triste mort de #JohnnyHallyday" ne devait pas "faire oublier le nouveau mauvais coup" que préparerait l'exécutif sur le Smic. "J'ai fait une bêtise dans le sens où c’est maladroit, c’est un manque de tact. Plein de gens ont l’impression que c’est un manque de respect à Johnny, ça me touche, j’aime beaucoup Johnny", a-t-il expliqué mercredi soir sur RMC.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le