Mercosur : un accord « destructeur » et une « capitulation environnementale » dénonce Bruno Retailleau

Mercosur : un accord « destructeur » et une « capitulation environnementale » dénonce Bruno Retailleau

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau fustige l’accord passé avec le Mercosur et estime qu’Emmanuel Macron fait preuve de « cynisme ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La conclusion, la semaine dernière, après 20 ans de discussions d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay), a ravi les négociateurs européens et américains. Emmanuel Macron parle pour l’instant d’un bon accord même si celui-ci fait vivement réagir les agriculteurs. « Il a tout faux » réagit Bruno Retailleau. Il ajoute : « Là, on a une démonstration du cynisme, de ce qu’il ne faut pas faire en politique. Pour les élections européennes, ils ont repeint en vert leur liste avec quelques otages écologistes sur la liste. »

Le sénateur parle d’un accord « destructeur » : « Maintenant, on va signer un accord qui est totalement destructeur et qui est une capitulation environnementale. Si nous allons chercher nos poulets, nos bœufs, outre-Atlantique, vous imaginiez l’empreinte écologique. Ensuite, comment peut-on faire rentrer des produits agricoles en France alors qu’il y a des produits chimiques, des pratiques interdites pour nos agriculteurs. »

Il conclut : « Ce temps d’une mondialisation heureuse est terminé et cela va détruire des emplois agricoles. »

Dans la même thématique

Headquarters of the office of Eric Ciotti, President of  ‘Les ReÃ’publicains’ in Nice.
9min

Politique

Pourquoi les LR vont exclure Eric Ciotti de la présidence du parti… une troisième fois ?

Alors que la justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti de la présidence des LR, les responsables du parti, opposés à l’alliance avec le RN, ont organisé la convocation d’un troisième bureau politique pour « effacer les vices de forme » et éviter toute contestation. Le rattachement financier des candidats aux législatives, autre enjeu, réserve aussi quelques surprises, renforçant la confusion chez les LR.

Le