Montchalin (LREM): la “fête à Macron” porteuse d’un discours “dangereux”

Montchalin (LREM): la “fête à Macron” porteuse d’un discours “dangereux”

La "Fête à Macron" qui a réuni samedi des dizaines de milliers de manifestants à Paris et dans plusieurs grandes villes est...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La "Fête à Macron" qui a réuni samedi des dizaines de milliers de manifestants à Paris et dans plusieurs grandes villes est porteuse d'un discours "très dangereux" visant à "mettre à mal la démocratie", a déclaré dimanche la députée LREM Amélie de Montchalin.

Interrogée sur France Inter sur la manifestation dont le député Insoumis François Ruffin avait lancé l'idée, Mme de Montchalin a estimé que "c'est un grand meeting des forces d'extrême gauche de notre pays, qui essaient d'aller dans la rue et essaient de montrer qu'ils sont là".

Selon elle, "il y a quelque chose de très dangereux, quand on écoute les discours", car "ce qu'ils veulent c'est renverser le président, c'est mettre à mal la démocratie, refaire le match".

"Le discours qu'ils portent c'est vraiment de dire +on va renverser Macron, on va renverser le président, on va faire des marées humaines et comme ça, nous, on va prendre le pouvoir+", selon Mme de Montchalin, mais "c'est pas comme cela que ça marche en France, c'est pas l'Alliance bolivarienne, la ZAD en permanence".

"Ce qui me gêne, c'est qu'aujourd'hui dans la démocratie qu'on a, le but du politique c'est de réunir, de convaincre, de proposer et ensuite c'est de gagner des élections", comme le Front populaire l'a fait en son temps, a ajouté la députée.

Donc "que Jean-Luc Mélenchon et ses alliés travaillent à un projet, travaillent à un programme, se fassent élire sur ce projet, ce programme", a-t-elle conclu, leur reprochant "de penser qu'on peut organiser un pays avec autre chose qu'un système démocratique".

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le