Morano (LR) “selon toute vraisemblance” candidate aux européennes

Morano (LR) “selon toute vraisemblance” candidate aux européennes

L'eurodéputée LR Nadine Morano a déclaré mercredi qu'elle serait "selon toute vraisemblance" candidate à sa réélection pour les...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'eurodéputée LR Nadine Morano a déclaré mercredi qu'elle serait "selon toute vraisemblance" candidate à sa réélection pour les européennes de 2019, se disant prête à "relever le défi" d'être tête de liste, "si on (lui) demandait".

A la question "vous allez vous représenter aux européennes ?", l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a répondu : "selon toute vraisemblance oui".

Sans confirmer si oui ou non elle souhaitait être investie tête de liste par le parti, l'eurodéputée s'est cependant dite prête à "relever le défi", "si on (le lui) demandait".

"Cette élection européenne va se jouer à la fois sur le terrain mais aussi dans les médias", a-t-elle estimé, en exprimant la nécessité pour Les Républicains de s'appuyer sur des "politiques capables de parler des sujets et de s'exprimer dans les médias".

Selon plusieurs sources au sein du parti, outre Nadine Morano, parmi les eurodéputés LR sortants, Rachida Dati, Brice Hortefeux, Alain Cadec et Angélique Delahaye souhaitent également être candidats en 2019.

Françoise Grossetête, Elisabeth Chartier, Michèle Alliot-Marie, Alain Lamassoure, Jérôme Lavrilleux, Renaud Muselier et Maurice Ponga y auraient en revanche renoncé selon les mêmes sources.

L'eurodéputée a par ailleurs nié l'existence "d'une guerre des générations" au sein de LR. Elle était interrogée sur d'éventuelles tensions au sein du parti, alors qu'un article du Parisien lundi relayait des critiques attribuées à un jeune élu LR estimant que "chaque fois" que "(Rachida) Dati ou (Nadine) Morano parle(nt) à la télé, on perd des points dans l’opinion",

"Il y a une impatience chez certains", a-t-elle estimé, citant de jeunes membres du parti "dans une démarche de vouloir s'exprimer sur les plateaux télé".

"A eux de faire leur place", a-t-elle conclu.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Morano (LR) “selon toute vraisemblance” candidate aux européennes
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le