Motions de censure: Abad (LR) ne votera pas celle de la gauche

Motions de censure: Abad (LR) ne votera pas celle de la gauche

Damien Abad, vice-président des Républicains et du groupe LR à l'Assemblée nationale, ne votera pas la motion de censure de la...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Damien Abad, vice-président des Républicains et du groupe LR à l'Assemblée nationale, ne votera pas la motion de censure de la gauche, a-t-il annoncé sur franceinfo, alors que la question doit être abordée mardi matin lors de la réunion du groupe.

Le député de l'Ain a répondu par la négative à la question de savoir s'il voterait mardi après-midi la motion de censure du gouvernement défendue par les socialistes, les communistes et les Insoumis.

"Non, parce que je n’aime pas la confusion des genres, je n’aime pas les alliances de circonstance, et parce que je crois qu’il ne faut pas mélanger les choses", a-t-il déclaré. "Nous en débattrons ce matin en réunion de groupe, mais je vous le dis dès maintenant, à titre personnel, en tout cas, je ne voterai pas cette motion parce que je n’ai rien en commun avec l’extrême gauche et je crois qu’il faut que les choses soient claires".

"C’est une position que je défendrai au sein du groupe", a-t-il ajouté, estimant que "chacun doit défendre sa motion". "Nous avons déposé cette motion seuls pour justement éviter la confusion des genres, éviter des alliances de circonstances des oppositions".

M. Abad a reconnu "des points de convergence" dans les textes des deux motions, celle de LR et celle de gauche. Mais, a-t-il souligné, "notre opposition de droite ne porte pas les mêmes valeurs que l’opposition de gauche". "Je ne veux pas faire ce cadeau-là à LREM", a-t-il ajouté.

Répondant à la même question sur France Inter, la secrétaire générale des Républicains Annie Genevard a botté en touche, affirmant que "l’essentiel n’est pas là, que nous votions ou pas l’autre motion". "Le fait important c’est que l’ensemble des partis d’opposition ait décidé d’une démarche identique, chacun avec ses mots", a-t-elle poursuivi.

"Nous avons une réunion de groupe ce matin où cette question sera abordée, donc je pense que nous aurons une position de groupe", a encore déclaré la vice-présidente de l'Assemblée.

Le chef de file des députés communistes André Chassaigne s'est pour sa part dit favorable à ce que son groupe, à l'instar de LFI mais à l'inverse du PS, vote la motion de censure LR.

Le Rassemblement National de Marine Le Pen votera les deux motions.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Motions de censure: Abad (LR) ne votera pas celle de la gauche
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le