Municipales à Paris : Rachida Dati “déterminée”, en tête d’un sondage

Municipales à Paris : Rachida Dati “déterminée”, en tête d’un sondage

"Je suis déterminée, la seule alternative à Mme Hidalgo et à son bilan désastreux, c'est nous", a affirmé dimanche Rachida Dati,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Je suis déterminée, la seule alternative à Mme Hidalgo et à son bilan désastreux, c'est nous", a affirmé dimanche Rachida Dati, candidate LR aux municipales à Paris.

L'ancienne Garde des sceaux a martelé sur BFMTV les deux piliers de son programme pour la capitale : "propreté et sécurité".

La candidate LR arrive en tête des intentions de vote au premier tour avec 25%, devant la maire sortante PS Anne Hidalgo (24%) et la candidate LREM Agnès Buzyn (20%), selon un sondage Ifop-Fiducial paru dimanche.

A deux semaines du scrutin, elle collectionne les soutiens de poids, comme Xavier Bertrand et François Baroin qui se sont affichés à ses côtés lors de sa campagne. Le 9 mars, c'est Nicolas Sarkozy qui doit assister à son unique meeting de campagne.

"Ceux qui disent : +on a perdu [car] on manque d'alliance+. Non, on a perdu aussi à cause de nous", a-t-elle dit à propos des échecs successifs de la droite à remporter l'Hôtel de Ville depuis 2001.

Interrogée sur une possible "main tendue" à Agnès Buzyn dans l'entre deux tours, Mme Dati a indiqué qu'elle se prononcerait au soir du premier tour.

Elle a rappelé sa promesse d'"une aide aux familles de 1.200 euros à chaque nouvel enfant, pendant trois ans", pour les aider à rester vivre à Paris.

Sur le logement, un des thèmes principaux de la campagne à Paris, où les prix battent des records, Mme Dati a dit qu'"à moyen ou long terme" elle mettrait fin à l'encadrement des loyers. Elle a également soumis l'idée d'un "fonds de soutien" pour aider les parents récemment divorcés sur la question de leur résidence.

Inspirée par le "Central Park" du maire de New York, de 1994 à 2001, Rudy Giuliani, la candidate a donné son programme pour les bois de Vincennes et de Boulogne: "On nettoie, on met des caméras, deux antennes de police dédiées".

crb/dch/tes

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Municipales à Paris : Rachida Dati “déterminée”, en tête d’un sondage
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le