Municipales: Hollande ironise sur LREM et Mélenchon

Municipales: Hollande ironise sur LREM et Mélenchon

L'ancien président François Hollande a ironisé jeudi soir devant des étudiants sur LREM, qui n'obtiendra selon lui pas de bons...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ancien président François Hollande a ironisé jeudi soir devant des étudiants sur LREM, qui n'obtiendra selon lui pas de bons scores aux municipales, et sur l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui n'aurait pas "d'idées".

"Ça m'étonnerait que les candidats En marche fassent des scores très importants et conquièrent des villes" aux élections municipales, a affirmé M. Hollande, devant le grand amphithéâtre comble de l’université Paris II Panthéon-Assas.

Interrogé sur un possible slogan de campagne pour LREM à Paris, il a choisi "Le changement, ce n'est pas pour maintenant'", slogan inverse de celui de sa campagne présidentielle victorieuse de 2012, "Le changement, c'est maintenant".

"Jean-Luc Mélenchon est un homme talentueux mais ce n'est pas parce qu'on a du talent qu'on a des idées", a-t-il également affirmé à propos du leader de la France insoumise, ajoutant: "Il milite pour une VIe République et une Assemblée constituante mais je n'ai pas vu dans son mouvement (LFI) une forme élaborée de démocratie".

Il a souhaité que M. Mélenchon, longtemps membre du Parti socialiste et ancien ministre de Lionel Jospin (délégué à l'Enseignement professionnel), avant de quitter le PS en 2008, "revienne à gauche, pas forcément au Parti socialiste, je ne vais pas jusque-là", a-t-il ironisé.

Selon lui, "la plus grande urgence, c'est de reconstituer une force centrale", qui "dépasse" le parti socialiste et "autour de laquelle le rassemblement et l'union se fera". "C'est mon message", a-t-il dit.

"Tous les partis méritent d'être revivifiés, il y a une absolue nécessité qu'on retrouve la vitalité des partis politiques", a lancé l'ancien président PS aux étudiants.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Municipales: Hollande ironise sur LREM et Mélenchon
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le