NDDL: “une amorce de retour à la normale” pour les agriculteurs “historiques”

NDDL: “une amorce de retour à la normale” pour les agriculteurs “historiques”

"Une amorce de retour à la normale": quatre agriculteurs de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ayant lutté contre le projet d'aéroport en s...
Public Sénat

Par Anne-Sophie LASSERRE

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

"Une amorce de retour à la normale": quatre agriculteurs de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ayant lutté contre le projet d'aéroport en s'opposant à leur expropriation se sont dits "soulagés" mardi de signer des conventions d'occupation précaire, et attendent désormais de retrouver pleinement leurs droits.

"Ca soulage forcément. C'est mieux que d'avoir l'huissier comme on a pu l'avoir des fois plusieurs fois dans la semaine. On ne peut souhaiter ça à personne. On est un peu mal dans ses baskets quand on vous dit que le lendemain vous devez dégager", témoigne Joël Bizeul, éleveur laitier de 55 ans, qui a repris en 1992 la ferme familiale située au lieu-dit "Les Rochettes".

Il est l'un des quatre agriculteurs "historiques" à avoir été exproprié, puis expulsé pour permettre la réalisation du nouvel aéroport nantais, mais il n'a jamais quitté le site où il est né.

Sur ces terres que ces paysans exploitaient avant la déclaration d'utilité publique du projet, en 2008, tous ont toujours refusé de signer des conventions avec le concessionnaire de l'infrastructure, une filiale du groupe de BTP Vinci, et n'avaient pas touché le chèque d'indemnisation proposé.

- "Projets figés depuis dix ans" -

Quatre agriculteurs de la ZAD (depuis la gauche) Hervé Bezier, Joël Bizeul, Sylvie Thébault, Sylvain Fresneau et la préfère des Pays de la Loire Nicole Klein lors de la signature des conventions d'occupation précaire (COP), le 24 avril 2018 à la mairie de
Quatre agriculteurs de la ZAD (depuis la gauche) Hervé Bezier, Joël Bizeul, Sylvie Thébault, Sylvain Fresneau et la préfère des Pays de la Loire Nicole Klein lors de la signature des conventions d'occupation précaire (COP), le 24 avril 2018 à la mairie de Notre-Dame-des-Landes
AFP

La signature d'une convention d'occupation précaire (COP) avec l'Etat, promise après l'abandon du projet d'aéroport, "légalise notre occupation des terres jusqu'à fin 2018, ce qui reste précaire", temporise Sylvie Thébault, installée avec son époux Marcel depuis 1999 au hameau du Limimbout.

"Je ne peux pas encore sauter de joie. Ca sera un retour à la normale quand on aura de nouveau des baux à long terme sur nos parcelles, que les forces de l'ordre seront parties et que Notre-Dame-des-Landes sera oubliée de tous et toutes", soutient l'exploitante agricole, qui "espère développer des projets figés depuis dix ans".

Joël Bizeul appelle aussi de ses voeux "un retour au calme, à la sérénité. Parfois, on se demande de quoi on va parler tellement ça nous a bouffé la vie quand même".

"Quand mes parents ont réparé la maison en 1968, la ZAD n'était pas mise en place mais on nous mettait déjà la pression en nous disant +il faut mieux que vous partiez+. Ca a été pareil quand j'ai repris la ferme, on avait une pression énorme et toujours (ce projet) au-dessus de la tête", se souvient l'éleveur laitier, évoquant des décisions parfois "lourdes à porter".

"Aujourd'hui, c'est plus clair, s'il y a des travaux à faire, on n'aura plus à se poser la question quand on risque de partir, c'est derrière nous", poursuit M. Bizeul.

"C'est l'aboutissement de 50 ans de lutte", salue l'éleveur laitier. "Le but de nos signatures aujourd'hui, c'est d'entraîner d'autres gens à faire la même chose", estime-t-il.

Sur la zone, "il faut faire de la place à un maximum de gens qui ont lutté contre le projet, ça me paraît normal", soutient l'exploitant agricole.

"Il faut que le mouvement d'occupation puisse aussi signer des COP comme nous. Pour le moment, aucun projet agricole déposé (par les zadistes) n'a été rejeté et j'espère que ça va continuer dans ce sens-là", souligne aussi Sylvie Thébault.

Les agriculteurs ne devraient pas obtenir la rétrocession des biens qu'ils avaient en propriété avant la fin de l'année.

Dans la même thématique

NDDL: “une amorce de retour à la normale” pour les agriculteurs “historiques”
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

NDDL: “une amorce de retour à la normale” pour les agriculteurs “historiques”
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le