Nucléaire: Rugy regrette que les échéances soient “sans cesse repoussées”

Nucléaire: Rugy regrette que les échéances soient “sans cesse repoussées”

Le président LREM de l'Assemblée nationale, François de Rugy, s'est dit dimanche "déçu" que "depuis des années", les échéances de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président LREM de l'Assemblée nationale, François de Rugy, s'est dit dimanche "déçu" que "depuis des années", les échéances de sortie du nucléaire soient "sans cesse repoussées".

Nicolas Hulot a annoncé mardi que la France ne tiendrait vraisemblablement pas l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025, contenu dans la loi de transition énergétique adoptée en 2015 et qu'Emmanuel Macron promettait d'appliquer.

"Je suis déçu que depuis des années on ait sans cesse repoussé les échéances", a réagi M. de Rugy sur BFM TV.

"Dans cette loi il y avait l'objectif de baisser la part du nucléaire. Pendant cinq ans, malheureusement, EDF n'a rien voulu faire et les gouvernements ont cédé aux pressions d'EDF", a dénoncé l'ancien membre d'Europe Ecologie-Les Verts.

Selon lui, "il faudra donner des instructions plus claires à EDF que ce qui avait été fait".

"En tant que président de l'Assemblée nationale et en tant que député, j'en ai ras le bol des lois d'affichage", a lancé l'élu de Loire-Atlantique.

"Dans la mesure où la partie de mise en oeuvre n'a pas été faite par le gouvernement précédent, ça se transforme a posteriori en loi d'affichage", a-t-il précisé.

"On ne peut pas rester dans ce système où des lois sont votées mais pas appliquées", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Headquarters of the office of Eric Ciotti, President of  ‘Les ReÃ’publicains’ in Nice.
9min

Politique

Pourquoi les LR vont exclure Eric Ciotti de la présidence du parti… une troisième fois ?

Alors que la justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti de la présidence des LR, les responsables du parti, opposés à l’alliance avec le RN, ont organisé la convocation d’un troisième bureau politique pour « effacer les vices de forme » et éviter toute contestation. Le rattachement financier des candidats aux législatives, autre enjeu, réserve aussi quelques surprises, renforçant la confusion chez les LR.

Le