Plaidoyer de Trudeau à l’Assemblée pour la ratification du CETA

Plaidoyer de Trudeau à l’Assemblée pour la ratification du CETA

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a défendu mercredi avec vigueur le traité de libre-échange entre l'Union européenne...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a défendu mercredi avec vigueur le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA) devant les députés français qui doivent encore le ratifier et le contestent pour une partie d'entre eux.

"Posons-nous la question : si la France n’arrive pas à ratifier un accord de libre-échange avec le Canada, avec quel pays imaginez-vous pouvoir le faire?", a lancé le Premier ministre, vivement applaudi par la majorité mais pas du tout sur les bancs LR ou de la gauche.

Les députés doivent se prononcer à l'automne sur le CETA, qui s'applique de manière provisoire depuis le 21 septembre dans sa presque totalité mais crée de vives polémiques en France.

Prenant le contrepied de ces critiques, M. Trudeau a assuré que le CETA "donne l’exemple sur la protection des droits de la personne, sur l’environnement et sur la mobilité des citoyens".

"Il préserve le droit des États de légiférer et de réglementer dans l’intérêt public, de mettre en œuvre des politiques visant à soutenir leurs industries culturelles, en plus de protéger les normes du travail", a-t-il affirmé, déclenchant des protestations feutrées de députés insoumis, dont Jean-Luc Mélenchon, faisant "non" du doigt.

En 2017, "avec seulement quatre mois d’impulsion donnée par le CETA, les importations au Canada en provenance de la France ont augmenté de 4%. Dans les secteurs agricole et agroalimentaire, on atteint une augmentation de 8% par rapport à l’année précédente. Les investissements canadiens en France ont, quant à eux, progressé de 23% l’an dernier", a-t-il défendu.

"Pour Décathlon, cet accord se traduit par l’ouverture d’une toute première succursale au Canada cette fin de semaine (...)Pour Pipolaki, une entreprise des Pyrénées-Atlantiques, la réduction des droits de douane augmentera sa compétitivité, de sorte que plus de Canadiens porteront ses célèbres bonnets. Pour la Confiserie du Roy René, située à Aix-en-Provence, le CETA permettra d’augmenter ses ventes chez nous", a-t-il illustré.

Pour le Premier ministre canadien, "tous ces exemples illustrent une même réalité: les échanges commerciaux, lorsqu’ils sont bien encadrés, profitent au plus grand nombre".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Plaidoyer de Trudeau à l’Assemblée pour la ratification du CETA
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le