PME TPE : « 63 % des entreprises s’inquiètent pour leur pérennité », alerte la CPME

PME TPE : « 63 % des entreprises s’inquiètent pour leur pérennité », alerte la CPME

À l’occasion d’une table ronde du Sénat consacrée au sort des PME et TPE, les acteurs du monde entrepreneurial ont fait le point sur la situation des entreprises françaises et identifié les secteurs en difficulté qu’il convient d’accompagner dans la sortie de crise.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

Près d’un an après le début de l’épidémie de covid-19, le constat est rude pour les entreprises françaises. Bruno Le Maire a confirmé la prise en charge des coûts fixes de toutes les entreprises, dès lors que le chiffre d’affaires de ces dernières dépasse le million d’euros par mois, et le report de l’échéance de remboursement des prêts garantis par l’Etat. Pourtant, les TPE et PME rencontrent des difficultés à traverser la crise sanitaire et certaines d’entre elles, peinent à franchir le cap du 1er semestre 2021. C’est l’objet d’une table ronde du Sénat qui réunit, ce jeudi, les acteurs du monde entrepreneurial. « Près des deux tiers des entrepreneurs ayant lancé leur activité depuis moins de cinq ans se disent gravement ou assez gravement touchés et 27 % ne savent pas s’ils pourront poursuivre leurs activités en 2021 », amorce Serge Babary, sénateur d’Indre-et-Loire qui préside la table ronde.

Un constat globalement partagé par les représentants des tribunaux de commerce, et administrateurs et mandataires judiciaires, qui font état, cependant, d’une baisse du nombre d’ouverture de procédures. « Depuis le début de la crise sanitaire, on note une baisse de 40 % du nombre d’ouverture de procédures collectives », détaille Christophe Basse, président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires (CNAJMJ). Une proportion qui s’explique par le fait qu’ « au-delà des aides d’Etat, l’administration accorde plus facilement des moratoires et assigne moins les entreprises ». Par ailleurs, malgré la difficulté du contexte auquel doivent faire face les entrepreneurs, les intervenants soulignent qu’on assiste à une augmentation du nombre de créations d’entreprises, si bien que la France « conserve un taux de défaillance stable autour de 1,5 % », précise Christophe Basse.

Privilégier la prévention pour les entreprises

« Il faut souligner l’augmentation permanente du nombre d’immatriculation des entreprises », renchérit le président de la Conférence Générale des tribunaux de commerce, Georges Richelme. Devant ce phénomène, les tribunaux de commerce ont ainsi dû s’adapter à la période particulière, « la visioconférence, notamment, a permis de recevoir les entreprises malgré tout ». Et c’est avant tout une démarche préventive qui a motivé les actions des acteurs juridiques. « Je retiens cette montée en puissance des cellules de prévention dans les tribunaux de commerce », assure Georges Richelme. « On voit de plus en plus d’initiatives de présidents qui organisent des réunions avec les chambres des métiers et des commerces pour diffuser l’information ». Une initiative bénéfique pour les entreprises et qu’il conviendra, selon lui, de conserver en période de sortie de crise.

Pour autant, les participants à la table ronde tiennent à le souligner : la situation économique des entreprises n’est pas sclérosée dans son ensemble. « Il faut considérer qu’on a une solidité des fondamentaux dans une bonne partie de l’économie et, grâce à celle-ci, nous avons davantage de moyens pour nous concentrer sur les secteurs qui sont en difficultés », soutient Maria Atig, directrice générale de la fédération bancaire française. « 90 % de l’économie est aujourd’hui revenue à la normale en termes quantitatifs, c’est important de situer ce sujet pour éviter la généralisation de chiffres qui font très peur. » Et si la situation économique n’est, selon elle, pas si alarmante, l’enjeu des mois à venir est bien de « permettre aux entreprises de rembourser l’ensemble de leurs crédits, et pas seulement les prêts garantis par l’Etat ». Les différents acteurs du monde de l’entreprenariat adoptent ainsi le rôle d’accompagnant. « Il faut savoir comment accompagner les entreprises, leur permettre de faire les meilleurs choix, et d’utiliser de façon personnalisée les outils mis à leur disposition », résume Maria Atig.

La nécessité de travailler ensemble

Du côté du Medef, on partage le point de vue de la directrice de la fédération bancaire française. « Il faut relativiser la gravité de la situation, sans toutefois la minorer », tempère le président délégué de l’organisation Patrick Martin. « Il y a bel et bien des secteurs sinistrés, mais ce n’est pas une situation générale, et plusieurs études témoignent qu’un bon nombre de secteurs d’activité ont rejoint, et même dépassé leur niveau d’activité de 2019. » Pour Patrick Martin, il convient désormais de « concentrer nos réflexions et nos travaux sur les situations critiques ». Comme Maria Atig, il se montre favorable à un accompagnement plus fort des secteurs en difficulté. « On a un processus de pédagogie et d’accompagnement à faire auprès de la minorité des entreprises en difficulté », plaide-t-il.

 

Et ce rôle d’accompagnant prend toute son ampleur au moment où le plan de relance doit être déployé, il s’assortit ainsi d’un travail d’information. « Pendant le mois d’octobre, nous avons développé des outils pour permettre la sensibilisation de 50 000 entreprises à tout le corpus de possibilités qui s’offre à elles, et nous en avons déjà accompagné plus de 10 000 dans leurs démarches », détaille le président de la Chambre de commerce et d’industrie Pierre Goguet. Pour lui, le rôle des chambres est donc de mener un travail d’anticipation pour aider les entreprises à solidifier leur dossier, et les accompagner dans leurs démarches. « Ce contexte montre à quel point il est nécessaire de travailler ensemble », soutient le président de CCI France. « Il faut partager les indicateurs, être en suivi rapproché avec l’entreprise pour lui permettre un retour à la rentabilité ».

Car les entrepreneurs sont inquiets. Selon Stéphanie Pauzat, vice-présidente de la Confédération des petites et moyennes entreprises, « 63 % des entrepreneurs s’inquiètent pour la pérennité de leur entreprise, et 52 % pensent ne pas pouvoir rembourser leur prêt ». Pour tous les participants à la table ronde, il leur appartient plus que jamais de soutenir ces secteurs, en accompagnant les entrepreneurs au plus près du terrain. Et pour Stéphanie Pauzat, ce processus passe par trois axes : « Traiter l’endettement des entreprises, relancer leur activité, et ne pas oublier l’entrepreneur en tant que personne physique ». Dans les mois à venir, il appartiendra donc aux acteurs du monde de l’entreprise de « s’adapter à cette économie à deux vitesses, pour pouvoir traiter les choses avec différenciation », conclut Serge Babary.

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

PME TPE : « 63 % des entreprises s’inquiètent pour leur pérennité », alerte la CPME
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

PME TPE : « 63 % des entreprises s’inquiètent pour leur pérennité », alerte la CPME
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le