Polynésie: Gaston Flosse ne peut pas se présenter aux municipales à Papeete

Polynésie: Gaston Flosse ne peut pas se présenter aux municipales à Papeete

La Cour de cassation a rejeté jeudi le pourvoi de l'ancien président de la Polynésie française Gaston Flosse, qui souhaitait s...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La Cour de cassation a rejeté jeudi le pourvoi de l'ancien président de la Polynésie française Gaston Flosse, qui souhaitait s’inscrire sur les listes électorales de Papeete, pour pouvoir être candidat aux municipales dans la commune.

A 88 ans, M. Flosse, qui a également été sénateur, député et maire de Pirae, n’est plus inéligible et veut rebondir en politique.

L'ancien homme fort de Polynésie s'était pourvu en cassation contre le jugement du tribunal de première instance de Papeete, qui avait fin janvier refusé son inscription sur les listes électorales de Papeete, considérant que le local qu'il présentait comme étant son logement ne pouvait être considéré comme sa résidence principale.

M. Flosse affirme résider à Papeete depuis plus de six mois, dans un local de 15 m2 qu’il sous-loue dans la permanence politique de son propre parti, le Tahoeraa.

Mais la mairie de Papeete, puis la justice, ont estimé que ce local ne pouvait être considéré comme sa résidence principale.

Dans son arrêt, la Cour de cassation considère que le tribunal a estimé "dans l’exercice de son pouvoir souverain d’appréciation" que M. Flosse ne justifiait pas d'un domicile réel dans la commune de Papeete.

La Cour note aussi que le tribunal a "légalement justifié sa décision" en considérant que le délai obligatoire de six mois d'habitation dans la commune pour être inscrit sur les listes électorales "n’était pas acquis à la date de la demande d’inscription de M. Flosse" sur les listes électorales.

"La messe n'est pas dite", a réagit l'avocat de Gaston Flosse, Me Dominique Antz, sur la chaine locale TNTV, affirmant qu'il allait ressaisir rapidement le tribunal. "Il est vrai qu’au jour de la demande d’inscription formulée par M. Flosse il n’y avait pas la durée de 6 mois. En vertu de la nouvelle demande d'inscription formulée début février, nous avons la durée de 6 mois", a-t-il expliqué.

Le tribunal de Papeete avait estimé que le local de M. Flosse "ne saurait être qualifié de local d’habitation en l'absence d’aménagement permettant une habitabilité pleine des lieux (absence de cuisine) et de tout caractère privatif des lieux occupés".

M. Flosse avait alors invité la presse à visiter son studio, montrant qu’il disposait d’une cuisine et d’une douche dans un autre espace de la permanence de son parti.

Gaston Flosse a perdu tous ses mandats politiques en 2014, après une peine d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs. Il est désormais redevenu éligible, mais toujours poursuivi dans d’autres affaires.

Député, sénateur et secrétaire d'Etat de Jacques Chirac de 1986 à 1988, M. Flosse a été maire près de 35 ans de la ville de Pirae mais n'a pas voulu se représenter dans cette commune. Pirae est aujourd'hui dirigée par le président de la Polynésie française Edouard Fritch, son ancien dauphin devenu son principal adversaire politique.

Gaston Flosse s'est tourné vers Papeete, dont le maire Michel Buillard lui a refusé en début d’année son inscription sur les listes électorales.

Une bataille politique a débuté entre les deux hommes. Gaston Flosse a souligné que plusieurs SDF, ne disposant pas d’un logement à Papeete, étaient pourtant inscrits sur les listes électorales.

Michel Buillard a déposé plainte pour faux et usage de faux, affirmant que le bail de location de l’appartement de Gaston Flosse était un faux.

M. Flosse a répliqué en faisant déposer une requête en radiation des listes électorales contre Michel Buillard, arguant que celui-ci réside en réalité à Pirae.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Polynésie: Gaston Flosse ne peut pas se présenter aux municipales à Papeete
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le