Popularité en légère baisse pour Macron (-1), en hausse pour Philippe (+2)

Popularité en légère baisse pour Macron (-1), en hausse pour Philippe (+2)

La popularité du président Emmanuel Macron (-1) est en légère baisse en mai tandis que celle de son Premier ministre Edouard...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La popularité du président Emmanuel Macron (-1) est en légère baisse en mai tandis que celle de son Premier ministre Edouard Philippe, elle, progresse (+2) , selon un sondage Odoxa diffusé mardi.

Selon 46% des personnes interrogées, M. Macron est "un bon président de la République". A l'inverse 54% (+1) portent un jugement négatif sur son action.

Le Premier ministre progresse pour sa part de deux points à 48%, soit un peu moins que ceux (51%, -2) qui jugent négativement son action à la tête du gouvernement, selon cette enquête pour L'Express, La Presse régionale et France Inter.

Nicolas Hulot est toujours la personnalité politique qui suscite le plus d'adhésion (35%, =), devant Alain Juppé (34%, +2), Jean-Luc Mélenchon, qui effectue une nette progression de six points à 29% (effaçant ainsi une baisse de quatre points en avril), et Jean-Yves Le Drian (28%, +2).

Enquête réalisée en ligne les 15 et 16 mai auprès de 1.015 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le