Pour Bayrou, le maintien de Fillon “menace l’alternance”

Pour Bayrou, le maintien de Fillon “menace l’alternance”

Le centriste François Bayrou a jugé dimanche sur France 3 que le maintien de François Fillon comme candidat de la droite à la...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Le centriste François Bayrou a jugé dimanche sur France 3 que le maintien de François Fillon comme candidat de la droite à la présidentielle "menace l'alternance" et que l'affaire Fillon "menace la démocratie".

"Il (Fillon, ndlr) a des décisions à prendre et il aurait dû les prendre. Il est en train de menacer l'alternance, de menacer y compris son camp ou sa famille politique", a lancé M. Bayrou qui doit dire d'ici le 20 février s'il est lui-même candidat ou non à l'Elysée.

Le président du MoDem, qui ne cesse de dénoncer le programme de François Fillon comme "brutal", a réclamé son retrait la semaine dernière et l'a accusé d'être "sous l'influence des puissances d'argent".

"Il faut que nous mesurions que la campagne présidentielle dans laquelle nous sommes détruit l'image de la France hors de nos frontières et détruit la confiance des citoyens à l'intérieur", a-t-il dit.

"Sur le fond des attitudes, des pratiques, de ce qui est accepté, de ce qui est défendu, de ce qui revendiqué, je considère que cela menace notre démocratie", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le