Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »

Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »

Rendre accessible l’économie au grand public, c’est à quoi s’évertue tous les matins sur RTL François Lenglet, dans sa chronique éco. De formation littéraire, le journaliste manie aussi bien les mots que les chiffres. Dans son dernier ouvrage : « Rien ne va, mais… », il explique que l’économie est sur le point de se transformer. La phase extraordinaire de la mondialisation, « est finie et pour un bon moment », affirme-t-il au micro de Rebecca Fitoussi.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

A l’entendre un nouveau chapitre économique s’ouvrirait. Pour François Lenglet, journaliste économique et auteur de « Rien ne va, mais… » publié aux éditions Plon, la guerre en Ukraine précipite le déclin du libéralisme : « Le marché est remis en cause. Regardez ce qu’il se passe sur l’électricité, c’est incroyable, on revient au tarif réglementé. Il y a 5 ans ou 10 ans, on aurait dit : « mais quelle hérésie », peut-être moi je l’aurais dit. J’aurais dit : « Laissons faire le marché. Mais aujourd’hui on se rend compte que ça ne fonctionne pas en période de pénurie » explique-t-il. Face à la hausse des prix de l’énergie, « c’est l’Etat qui reprend la main » en proposant des boucliers tarifaires.

Un tempérament national

Les Français, plutôt défavorables au caractère libéral de la mondialisation seraient finalement en phase avec la période actuelle : « Il y a une aversion des Français pour le marché, cette espèce d’institution où, pour les Français, c’est le plus fort qui l’emporte, le plus riche, le plus rapide. Chez nous, Français, ça suscite toujours un sentiment d’injustice, on voudrait que la collectivité organise les choses que chacun ait sa part, parce qu’on a peur de ne pas avoir la nôtre ». « Il y a vraiment un tempérament national qu’on ne changera pas » ajoute le journaliste.

« La France est mieux armée pour le monde qui vient que pour le monde qui se termine » - François Lenglet

La France marque aussi sa différente sur le terrain diplomatique en surpassant l’Allemagne notamment sur le dossier ukrainien. « La France est mieux armée pour le monde qui vient que pour le monde qui se termine parce que c’est un poids politique, en vertu du fait qu’elle était l’un des vainqueurs de la guerre, elle a une diplomatie puissante ce n’est pas le cas de la plupart des pays européen. Elle a une armée puissante. Ce sont des atouts qui compteront dans le monde de demain qui est un monde de confrontation », assure le journaliste économique.

Face à tous ces nouveaux défis « Est-ce que l’Etat français est encore assez compétent, formé ? Est-ce qu’il a assez de moyens pour toutes les taches qui l’attendent dans la défense de la souveraineté française et européenne ? Dans la transition énergétique et dans les enjeux de formation ? ». Ce sont les questions qui demeurent en suspens. Pour François Lenglet, « on a laissé dépérir ces compétences-là, dans la Haute administration. Bon nombre de gens qui sont bien formés ont quitté l’Etat pour aller dans des carrières plus intéressantes ».

Revoir l’émission en replay
 

Dans la même thématique

Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le