Pour Marine Le Pen, le confinement n’est pas suffisamment “strict”

Pour Marine Le Pen, le confinement n’est pas suffisamment “strict”

Marine Le Pen a souhaité mardi que le gouvernement se conforme aux recommandations du Conseil scientifique d'un confinement ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Marine Le Pen a souhaité mardi que le gouvernement se conforme aux recommandations du Conseil scientifique d'un confinement "strict" de la population face à l'épidémie de coronavirus, estimant que les mesures annoncées lundi par Emmanuel Macron n'étaient pas suffisamment sévères.

"J'aurais aimé que ce qu'a réclamé notamment le Conseil scientifique, dont Emmanuel Macron nous a dit qu'il écoutait les consignes, soit respecté", a déclaré sur Radio classique la présidente du Rassemblement national. "Eux souhaitaient un confinement strict. Or nous ne sommes pas aujourd'hui dans le cadre d'un confinement strict. J'espère que les règles aujourd'hui seront suffisantes pour juguler l'épidémie".

Le Conseil scientifique installé par le gouvernement a recommandé lundi des mesures de confinement "à l'italienne" contre le coronavirus, lors d'une conférence téléphonique réunissant Edouard Philippe, les chefs de partis et les associations d'élus, selon plusieurs participants.

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a justifié sa recommandation par "l'attitude problématique des Français et l'accélération de la contagion", donnant sa préférence pour un confinement généralisé immédiat mais présentant aussi une alternative laissant 48 heures à la population pour s'organiser.

Sur le report du second tour des élections municipales, Marine Le Pen a dit qu'elle approuvait cette décision mais relevé "une difficulté" en raison de "la distance qu'il va y avoir entre le premier et le second tour", qui posait la question de la "sincérité du scrutin". "Il me semblait que la sincérité du scrutin nécessitait que l'on conserve les sept jours entre le 1er et le second tour. Ce n'est pas le choix qui a été fait par le gouvernement. Les députés auront à se saisir de cette question", a-t-elle dit.

La candidate déjà déclarée à la présidentielle de 2022 s'est par ailleurs "réjouie de voir que le président de la République a suspendu l'ensemble des réformes que nous avons combattues" comme celles des retraites et de l'assurance chômage.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Pour Marine Le Pen, le confinement n’est pas suffisamment “strict”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le