Prélèvement à la source : « Pourquoi avoir fait peur aux Français ? » s’interroge Michel Sapin

Prélèvement à la source : « Pourquoi avoir fait peur aux Français ? » s’interroge Michel Sapin

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, Michel Sapin, ancien ministre des Finances a rappelé que le prélèvement à la source était « une mesure de bon sens » tout en critiquant les hésitations concernant sa mise en œuvre.
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors qu’Édouard Philippe a confirmé la mise en place du prélèvement à la source dès janvier 2019, Michel Sapin s’est montré satisfait de cette décision  déjà votée durant le quinquennat de François Hollande : « C’est une mesure de bon sens, toujours compliquée à mettre en œuvre parce que l’impôt est compliqué en France. Elle a été décidée par François Hollande et mise en œuvre par Emmanuel Macron. Elle a été conçue par moi même et Christian Eckert, elle est défendue par Mr Darmanin. Elle a été votée par le Parlement précédent et largement revotée par le Parlement actuel. Qu’est-ce qu’on peut rêver de mieux ? »

Prélèvement à la source : "Une mesure de bon sens" selon Michel Sapin
02:06

 

Il a aussi souhaité souligner que cette mesure n’était pas faite sous la pression de Bercy : « Je n’aime pas le terme de Bercy, les fonctionnaires sont commandés par des ministres. C’est une belle réforme, ni de droite ni de gauche. C’est juste une réforme utile pour les Français avec toutes les complexités de l’impôt auxquelles il faut répondre. »

La décision du gouvernement intervient après une longue semaine d’hésitation que l’ancien ministre des finances interprète comme une conséquence des politiques menées par le gouvernement : « Une réforme aussi importante a besoin de calme et de sérénité. Pourquoi avoir fait peur aux Français ? Pourquoi le Président s’est mis à faire peur aux Français? Je pense que c’est pour des raisons politiques qui tiennent au mauvais moment que traverse le gouvernement et le Président de la République. Je pense qu'ils ont conscience de l'échec des politiques menées depuis un an. »

Dans la même thématique

Prélèvement à la source : « Pourquoi avoir fait peur aux Français ? » s’interroge Michel Sapin
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Prélèvement à la source : « Pourquoi avoir fait peur aux Français ? » s’interroge Michel Sapin
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le