Prélèvement à la source: vérifier que “tous les indicateurs sont au vert”

Prélèvement à la source: vérifier que “tous les indicateurs sont au vert”

Le député LREM de l'Essonne Cédric Villani a justifié lundi la prudence de l'exécutif sur le prélèvement à la source de l'impôt...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LREM de l'Essonne Cédric Villani a justifié lundi la prudence de l'exécutif sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, assurant qu'il "importe d'avoir bien vérifié que tous les indicateurs sont au vert avant de prendre la décision".

"Tous les indicateurs qui viennent du ministère à Bercy nous disent que le système est prêt mais il ne s'agit pas de prendre la décision à la légère", a estimé le mathématicien sur CNews, insistant sur la complexité de ce grand système qui "doit fonctionner pour des millions et des millions de contribuables".

"C'est une affaire tellement importante, solennelle, que ça vaut le coup de faire un arrêt sur images où on vérifie que toutes les cases sont cochées", a ajouté le lauréat 2010 de la médaille Fields - considérée comme l'équivalent du prix Nobel villaniçpour les mathématiques.

La réforme du prélèvement à la source, engagée sous le quinquennat du président socialiste François Hollande et déjà reportée une fois d'un an, doit conduire à ce que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement.

Le président Emmanuel Macron organise mardi une réunion à l’Elysée sur le prélèvement à la source, avec le Premier ministre Edouard Philippe et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

Il avait annoncé jeudi qu'il attendait "des réponses précises" avant de "donner une directive finale" sur l'avenir de cette réforme majeure.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Prélèvement à la source: vérifier que “tous les indicateurs sont au vert”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le