Présidence française de l’UE : le contre-la-montre de la France pour atteindre ses ambitions écologiques

Présidence française de l’UE : le contre-la-montre de la France pour atteindre ses ambitions écologiques

La France assure jusqu’au 30 juin la présidence du Conseil de l’Union européenne. Cela lui permet de faire avancer les dossiers qu’elle juge importants, comme la transition écologique. Mais cette présidence est percutée par la présidentielle française. Dans ces conditions, quelle peut-être l’influence de Paris ? C’est la question qui a été posée par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, lors d’une table ronde.
Public Sénat

Par Audrey Vuetaz

Temps de lecture :

5 min

Publié le

« Nous sommes à un moment charnière pour le Pacte vert en Europe », annonce d’entrée de jeu Nicolas Berghmans, chercheur en politiques climatiques et énergétiques à l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales). Et pour cause il n’y a pas moins de 12 dossiers législatifs actuellement dans les tuyaux européens pour atteindre la neutralité climatique en 2050. C’est beaucoup. Mais ce n’est pas tout, la France s’est fixée un objectif de taille, elle veut faire avancer tous ces dossiers pendant les six mois où elle préside le Conseil de l’Union européenne.

Le timing est déjà très serré et la Présidentielle française vient rajouter des difficultés. A partir du mois de mars, pour cause de la campagne, les ministres auront un devoir de réserve, ils ne pourront donc plus s’investir pour gérer ces dossiers.

Le sénateur PS de Meurthe-et-Moselle Olivier Jacquin se lance donc pour poser la question, qui est sur toutes les lèvres : « J’ai une interrogation sur la qualité de la parole de la France qui va avoir une échéance électorale en pleine présidence et qui va donc avoir un temps utile et de crédibilité limitée à deux, voire trois mois maximum. Que va-t-elle pouvoir faire ? »

« En effet, il n’y aura plus de parole médiatique après le mois de mars, même s’il n’y a plus de pilotage visible, ce sont les hauts fonctionnaires et les représentants de la France à Bruxelles qui vont prendre le relais sur le fond. Ils ont déjà travaillé sur un paquet vert lors de la précédente présidence française il y a 13 ans, ils sont donc armés pour le faire, » rassure Phuc-Vinh Nguyen, chercheur sur les politiques de l’énergie européenne et française au sein du Centre Énergie de l’Institut Jacques Delors.

D’après lui, cela pourrait même être un avantage. « Les représentants de Paris à Bruxelles pourront adoucir l’image d’arrogance que la France véhicule auprès des partenaires européens. » Une image qui lui colle à la peau depuis le début de la présidence Macron et qui pourrait être exacerbée pendant la campagne. Ursula von der Leyen la présidente de la Commission et Charles Michel le président du Conseil européen ont d’ailleurs annoncé qu’ils veilleront à ce que la présidence du Conseil ne soit pas utilisée à des fins électoralistes.

 

L’indispensable couple franco-allemand

 

Pendant cette présidence, la France va donc devoir mettre de l’eau dans son vin et tenter d’arracher des compromis. Elle devrait essayer de faire avancer plusieurs des 12 dossiers législatifs en même temps, pour avoir des leviers de négociation d’un texte à l’autre.

Il lui faudra aussi créer des alliances et pour Pascale Joannin, la directrice générale de la Fondation Robert Schuman, une alliance avec l’Allemagne paraît indispensable pour aller vite, même si les deux pays ne sont pas d’accord sur le nucléaire. (La France est pour, l’Allemagne ne souhaite plus avoir recours aux centrales.)

 

 

» Lire aussi : Les principaux enjeux et le calendrier de la présidence française de l’Union européenne

Aller vite sans oublier les questions sociales

 

Parmi les dossiers en cours d’examen, il y a deux textes prioritaires pour la France : la mise en place d’une taxe carbone européenne pour tous les produits importés dans l’Union et la fin des quotas gratuits de carbone.

Pour comprendre ce deuxième point il faut savoir que la tonne de CO2 émise coûte 80 euros dans l’Union européenne, sauf pour les entreprises des industries dites « très carbonées » comme l’acier, le ciment la pâte à papier qui bénéficient pour l’instant de passe-droit (des quotas gratuits) pour éviter qu’elles ne partent s’installer ailleurs. Le problème c’est que cela ne les incite pas à décarboner leurs industries et Bruxelles veut que cela cesse. Elle veut aussi étendre ces quotas carbones aux secteurs des transports routiers et du bâtiment qui ne sont pour l’instant pas concernés.

 

 

Marché carbone européen: "Il faut une transition plus juste"
01:28

 

Mais ces textes, s’ils entrent en vigueur, auront des répercussions sur le porte-monnaie des Français. Si les taxes sont plus importantes les prix devraient inévitablement augmenter et c’est ce qui inquiète Phuc-Vinh Nguyen de l’institut Jacques Delors, rejoint par la sénatrice socialiste du Lot Angèle Préville : « Il faut faire avancer ces dossiers le plus vite possible, mais attention est-ce qu’en six mois on ne va pas bâcler les choses ? N’oublions pas d’emmener tous les Européens dans cette transition écologique, sans quoi nous aurons des oppositions fortes de la part de ceux qui n’ont pas la possibilité d’assumer l’augmentation des prix, de rénover leur habitation ou d’acheter une nouvelle voiture. »

Un paramètre supplémentaire à prendre en compte pour la présidence française. Tout le monde gardant évidemment à l’esprit la taxe carbone sur le carburant qui avait conduit fin 2018 au mouvement des Gilets Jaunes.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Présidence française de l’UE : le contre-la-montre de la France pour atteindre ses ambitions écologiques
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le