Présidentielle: Macron propose la création de 15.000 places de prison

Présidentielle: Macron propose la création de 15.000 places de prison

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, propose de construire 15.000 places de prison durant le prochain...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, propose de construire 15.000 places de prison durant le prochain quinquennat, en prônant une "politique de tolérance zéro à l'égard de la délinquance", dans une interview au Figaro publiée jeudi soir.

"Ma politique est celle de la tolérance zéro à l'égard de la délinquance, comme de tout excès en termes de violence policière", prévient le candidat d'En Marche!

Dans cette perspective, M. Macron souhaite notamment "construire 15.000" places de prison "sur le quinquennat".

"Trop souvent, ce type de décision est pris en fin de mandat. Je poursuivrai les bonnes décisions de Jean-Jacques Urvoas", l'actuel ministre de la Justice, indique-t-il.

Dans un rapport remis fin septembre 2016, M. Urvoas avait préconisé la construction d'ici 2025 d'environ 10.000 à 16.000 cellules. En octobre, le Premier ministre avait annoncé la création de 33 nouveaux établissements pénitentiaires dans les 10 prochaines années, alors que le taux d'occupation des prisons françaises dépassait les 117% au 1er août 2016.

M. Macron propose également de revenir sur la réforme pénale de l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira en supprimant "le principe de l'automaticité d'aménagement des peines inférieures à deux ans".

Selon l'ancien ministre de l'Economie, ce système "conduit soit à durcir les peines pour être certain qu'elles connaissent un début d'exécution, soit à les rendre inutiles puisqu'elles ne sont pas exécutées".

"Je crois à la peine immédiate et concrète", précise-t-il, en déplorant par exemple qu'en matière d'usage de stupéfiants, les 170.000 interpellations menées en 2014 n'aient donné lieu qu'à 30.000 audiences judiciaires, dont 22.000 n'ont abouti qu'à des peines amendes de 296 euros en moyenne, selon ses chiffres.

"C'est décourageant pour les forces de l'ordre et cela donne aux délinquants un sentiment d'impunité", assure-t-il, en proposant d'infliger en tel cas une amende "sur le champ", "100 euros environ", "plus dissuasive et efficace".

Quant à l'abaissement de la majorité pénale à 16 ans, proposé par le candidat de la droite François Fillon, M. Macron juge qu'il n'a "aucun sens".

Interrogé sur le budget qu'il souhaite allouer à la justice, M. Macron a simplement souligné la nécessité "d'investissements importants", en évoquant "un plan de numérisation des procédures".

M. Macron doit revenir sur ces propositions lors d'un déplacement vendredi et samedi dans le Vaucluse et le Var.

Dans la même thématique

Présidentielle: Macron propose la création de 15.000 places de prison
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Présidentielle: Macron propose la création de 15.000 places de prison
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le