Primaire: Le Foll réfléchit encore, mais ne soutiendra ni Montebourg ni Hamon

Primaire: Le Foll réfléchit encore, mais ne soutiendra ni Montebourg ni Hamon

Stéphane Le Foll, fidèle de François Hollande, dira en "début d'année" qui il soutiendra pour la primaire organisée par le PS...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Stéphane Le Foll, fidèle de François Hollande, dira en "début d'année" qui il soutiendra pour la primaire organisée par le PS mais sait déjà qu'il ne "votera pas" pour ceux qui sont dans la "critique systématique" comme Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

"Je ne veux pas, je n'accepte pas, et je ne voterai pas pour ceux qui vont faire profession dans cette primaire, et je l'avais dit, de critiquer et de dénoncer le bilan (...) Il y en a quelques-uns, vous n'avez qu'à regarder, et qui ont été ministres d'ailleurs. Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Filoche et d'autres... qui ont uniquement comme ambition d'être dans cette critique systématique", a affirmé jeudi le porte-parole du gouvernement sur BFMTV et RMC, ajoutant qu'ils faisaient une "erreur grave".

M. Le Foll a aussi indiqué qu'il ferait part de son choix "en début d'année prochaine, lorsque la primaire (des 22 et 29 janvier, ndlr) sera engagée, que les projets seront posés sur la table".

Alors qu'on lui demandait s'il hésitait entre Manuel Valls et Vincent Peillon, M. Le Foll a répondu : "Je n'hésite pas, je sais exactement là où je veux aller, mais j'irai avec la méthode qui est la mienne et avec le temps que j'aurai choisi pour le faire".

"Je suis là pour rappeler ce qui a été fait" par François Hollande pendant son quinquennat, a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs annoncé qu'il "sortir(ait) la semaine prochaine" une analyse sur "quelque chose d'important", la question de l'inégalité de patrimoine entre les Français, "qui se creuse", sans donner plus de précision.

"J'ai une liberté. Le président de la République a annoncé qu'il ne se représentera pas et maintenant, je considère (que) dans ce débat ce n'est pas simplement qui je soutiens, c'est qu'est-ce que je souhaite, qu'est-ce que je veux", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le