Primaire : Luc Carvounas appelle les ministres à choisir leur candidat

Primaire : Luc Carvounas appelle les ministres à choisir leur candidat

« Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » explique le sénateur, citant ironiquement Martine Aubry.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La campagne de Manuel Valls pour la primaire de la gauche a du mal à décoller. L’ancien Premier ministre n’a rassemblé que quelques 300 personnes lors d’un meeting à Clermont-Ferrand mardi, quand Emmanuel Macron en réunissait 2000 dans la même ville trois jours avant. Il a notamment dû reporter celui prévu à Rennes lundi, officiellement en raison de l’absence de Jean-Yves Le Drian. Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le sénateur PS Luc Carvounas, soutien de l’ancien premier ministre, refuse pourtant de parler d’une campagne en demi-teinte.

« La seule façon qu’on aura de juger si la campagne est bonne ou mauvaise, c’est le résultat » a-t-il affirmé. « Au vu de ce qui est en train de se dessiner, il est l’outsider, pas le favori. Mais si les meetings devaient être l’alpha et l’oméga d’un résultat, alors Bruno Le Maire n’aurait pas fait 2,4% et Nicolas Sarkozy n’aurait pas été éliminé dès le premier tour de la primaire (de la droite et du centre) ».

Luc Carvounas sur la primaire : " Manuel Valls est l'outsider, pas le favori "
00:41

Mais dans le même temps, il demande aux ministres qui ne l’ont pas encore fait de se prononcer sur la primaire de la gauche et de sortir de l’ambiguïté. Un message adressé aux Hollandais Stéphane Le Foll et Ségolène Royal, qui ne se sont pas encore prononcés. « J’imagine que quand on fait partie de la trentaine de personnes qui dirigent la cinquième puissance du monde, on est quand même en droit d’attendre d’elles qu’elles nous disent quelle est leur ligne politique ». Plusieurs autres ministres, dont Bruno Le Roux, Myriam El-Khomri et Michel Sapin ont apporté leur soutien à Manuel Valls.

« C’est Martine Aubry qui disait « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ». Pour une fois on est d’accord, elle et moi » ajoute-t-il, alors que la maire de Lille n’a jamais caché ses profonds désaccords avec Manuel Valls.

Interrogé sur l’interview de Christiane Taubira accordée à l’hebdomadaire Le 1, dans laquelle l’ancienne Garde des Sceaux explique que « la gauche bute sur ses propres renoncements », Luc Carvounas y voit « une certaine amertume ». « Elle a quitté le gouvernement sur la déchéance de nationalité qui n’a même pas eu lieu. Elle veut peut-être régler quelques comptes ».

Luc Carvounas parle d'une " certaine amertume " de la part de Christiane Taubira
00:42

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le