Primaire: pour Bartolone, les ministres doivent prendre position

Primaire: pour Bartolone, les ministres doivent prendre position

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS), soutien de Manuel Valls dans la primaire organisée par son parti, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS), soutien de Manuel Valls dans la primaire organisée par son parti, a dit mardi ne pas "comprendre" que certains ministres ne prennent pas publiquement position pour ce scrutin.

"Je ne comprends pas... Lorsqu'on est responsable politique, il faut savoir s'exprimer", a-t-il lancé sur France 3, sans citer quiconque. Des membres du gouvernement comme Ségolène Royal, qui ne cache pas ses sympathies pour Emmanuel Macron, ou Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, n'ont pas affiché de préférence à ce stade.

"Quel que soit le résultat de cette primaire, ou après de l'élection présidentielle, je pense qu'il est bon que chacun puisse dire les raisons qui l'amènent à faire un choix", a insisté ce député de Seine-Saint-Denis, candidat à un neuvième mandat en juin.

Et de réaffirmer qu'il avait "choisi de soutenir la candidature de Manuel Valls, parce que c'est un homme qui sait ce que peut être et ce que doit être la pratique de l'État".

"Nous ne sommes pas dans un monde de Bisounours. Demain, le président de la République aura à négocier avec Xi Jinping pour la Chine, M. Trump pour les États-Unis, Mme Merkel, pour permettre d'avoir un débat, une confrontation, pour faire bouger, et changer l'Europe (...) Dans ce monde encore - hélas - trop menacé par le terrorisme et l'insécurité, c'est utile d'avoir quelqu'un qui a son expérience" de ministre de l'Intérieur et chef du gouvernement, a fait valoir M. Bartolone.

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le

Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1
4min

Politique

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.

Le