Primaire PS: Aubry et ses proches voteront et appellent à voter Hamon

Primaire PS: Aubry et ses proches voteront et appellent à voter Hamon

Martine Aubry et ses proches, dont plusieurs parlementaires et anciens ministres, voteront pour Benoît Hamon au second tour de la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Martine Aubry et ses proches, dont plusieurs parlementaires et anciens ministres, voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire du PS et de ses alliés et appellent les électeurs à en faire de même, ont-il annoncé dans un communiqué lundi.

"Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser nombreux pour lui donner la force, demain, de rassembler les gauches que nous n’avons jamais cru irréconciliables (...) et, après-demain, l’énergie pour conduire la France vers une société plus juste, plus forte et plus durable", écrivent la maire de Lille et vingt autres signataires.

"En plaçant Benoît Hamon en tête du scrutin, avec 36% des suffrages exprimés, les électeurs des primaires ont adressé un message clair, le choix d’une gauche solide sur ses valeurs, lucide sur le défi social-écologique, porteuse d’une Europe refondée, et innovante sur ses solutions d’avenir", poursuivent-ils.

"Dès lundi, personnellement, nous nous engageons, et appelons tous les socialistes, à se rassembler autour du candidat élu, et à s’ouvrir aux autres forces de gauche et de l’écologie pour battre la droite et son projet de régression", concluent-ils.

Les députés Jean-Marc Germain, François Lamy et Marylise Lebranchu (respectivement anciens ministres de la Ville et de la Fonction publique), l'ancien maire de Toulouse Pierre Cohen, le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel font notamment partie des signataires de l'appel.

"Nous nous réjouissons que (Martine Aubry) fasse ce choix clair pour le second tour", a réagi sur RTL le député Pascal Cherki, proche de Benoît Hamon.

Interrogé par l'AFP, Jean-Marc Germain a répondu que les aubrystes auraient apporté leur soutien à Arnaud Montebourg, si celui-ci était arrivé au second tour face à Manuel Valls.

"Nous estimions important d'entendre le message des électeurs (...) C'était divisé (au sein des aubrystes) entre les deux (Benoît Hamon et Arnaud Montebourg)", a-t-il expliqué.

"Il fallait que chacun fasse ses preuves, convainque les Français (...) Il y a un message clair qui ressort des urnes, on souhaite l'amplifier", dit-il.

Martine Aubry ne devrait pas être en mesure de voter, étant en convalescence après une opération chirurgicale, a-t-on appris par ailleurs dans son entourage.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le