Procès en illégitimité : « Certains ont perdu la boussole de la responsabilité, Gérard Larcher le premier », dénonce Julien Denormandie

Procès en illégitimité : « Certains ont perdu la boussole de la responsabilité, Gérard Larcher le premier », dénonce Julien Denormandie

Invité de la matinale de Public Sénat, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie s’est agacé des propos tenus par Gérard Larcher contre Emmanuel Macron. Auprès du Figaro, le président du Sénat a estimé que l’absence de débat démocratique pourrait remettre en cause la légitimité du président en cas de réélection.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La majorité doit faire face depuis plusieurs jours au procès en illégitimité que lui intentent les oppositions, alors qu’Emmanuel Macron, candidat à sa propre succession, refuse de débattre avec ses concurrents avant le premier tour. Déclaré très tardivement, le président candidat, accaparé par la guerre en Ukraine, n’a accordé que peu de moments à sa campagne de réélection pour l’instant, hormis un déplacement à Poissy le 7 mars, une émission politique sur TF1 lundi dernier, et une conférence de presse fleuve jeudi, lors de laquelle il a présenté son programme. Une situation qui agace particulièrement le reste de la classe politique. « La question de la légitimité du gagnant se posera », a cru bon d’avertir Gérard Larcher, le président du Sénat, dans un entretien au Figaro. Une phrase qui ne passe pas dans le camp macroniste.

« Certains ont perdu la boussole de la responsabilité, Gérard Larcher le premier ! », a ainsi dénoncé vendredi matin le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, qui était invité de « Bonjour chez Vous » sur Public Sénat. « Quand vous voyez les propos qu’il a tenus sur cette soi-disant petite musique d’illégitimité du candidat élu dans le cadre de cette élection, c’est totalement irresponsable ! Il n’y avait pas de campagne hier ? il y a eu plus de 4 heures de discussions avec des journalistes. C’est ne pas avoir de campagne cela ? C’est ridicule, c’est absolument irresponsable », a répété le ministre.

« Il faut aussi avoir en tête que le candidat est président de la République »

« On ne peut pas avoir le deuxième personnage de l’Etat (d’un point de vue protocolaire, le Premier ministre est le deuxième personnage de l’Etat, le président du Sénat, le troisième, ndlr), garant de notre démocratie, qui sous-entendrait que ces élections ne seraient pas légitimes », s’agace Julien Denormandie. « Qu’en est-il alors des élections sénatoriales ? Les sénateurs sont élus sur la base d’un collège, les maires, pour lesquels le taux d’abstention a été absolument record. Y a-t-il un procès en légitimité ? À l’évidence non », pointe notre invité. « Quand vous êtes un démocrate, un républicain, vous vous battez pour qu’il n’y ait pas d’abstention, pour faire campagne, mais vous ne vous battez pas pour insinuer une quelconque illégitimité. »

« Les projets politiques doivent être mis à la confrontation des Français, mais il faut aussi avoir en tête que le candidat est président de la République », poursuit Julien Denormandie. « Il est candidat quand il le peut, mais avec cette mission incroyablement importante de nous protéger en ce moment face aux conséquences de la guerre en Ukraine. » Interrogé lors de sa conférence de presse sur les propos de Gérard Larcher, Emmanuel Macron a d’abord semblé vouloir botter en touche : « Je n’ai pas pour habitude de commenter ce qui est dit par ailleurs ». Avant de lâcher : « Un président du Sénat ne devrait pas dire ça. »

Dans la même thématique

Procès en illégitimité : « Certains ont perdu la boussole de la responsabilité, Gérard Larcher le premier », dénonce Julien Denormandie
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Procès en illégitimité : « Certains ont perdu la boussole de la responsabilité, Gérard Larcher le premier », dénonce Julien Denormandie
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le