Procès LFI: Autain veut “davantage de garanties” pour l’indépendance de la justice

Procès LFI: Autain veut “davantage de garanties” pour l’indépendance de la justice

La députée LFI Clémentine Autain a réclamé vendredi "davantage de garanties pour que la justice soit indépendante du pouvoir...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La députée LFI Clémentine Autain a réclamé vendredi "davantage de garanties pour que la justice soit indépendante du pouvoir exécutif" à propos du procès en correctionnelle à venir de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches.

"Nous voudrions des garanties, et pour l'instant elles n'existent pas, sur le fait que l'exécutif n'est pas aujourd'hui à la manœuvre" pour "étouffer des affaires et pour, au contraire, être extrêmement sévère et dans une grande célérité", a-t-elle déclaré sur BFMTV et RMC.

La députée de Seine-Saint-Denis a pointé un "deux poids, deux mesures" alors que la procédure engagée par le parquet de Paris, pour des soupçons de "faux témoignage" devant la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla, a été classée jeudi sans suite pour le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda.

"Ce que je souhaite, c'est que ce procès soit l'occasion d'un grand débat sur les conditions de ces perquisitions et sur notre système politique", a-t-elle ajouté.

"Ce que je regrette depuis le début dans cette histoire, c'est le coup de sang, la colère, la façon dont Jean-Luc Mélenchon et d'autres ont réagi à ce moment-là." "C'est un coup de sang qui a été beaucoup commenté alors que le fond de l'affaire est passé à la trappe. Comment, dans une démocratie, on peut se retrouver avec un tel niveau jamais vu de moyens déployés contre un parti qui est un parti d'opposition ?", s'est interrogée Clémentine Autain.

Le chef de file de La France insoumise et cinq de ses proches, dont les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard, seront jugés en septembre pour les accrochages ayant émaillé les perquisitions visant son domicile et le siège du mouvement en octobre, a-t-on appris jeudi d'une source proche du dossier.

Ils sont poursuivis en citation directe par le parquet de Bobigny pour actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire, rébellion et provocation, et comparaîtront donc devant des juges de la même ville les 19 et 20 septembre prochains.

Le député LFI Ugo Bernalicis a souligné vendredi sur Radio Classique "qu'officiellement et officieusement aussi", Jean-Luc Mélenchon et ses proches ne sont "absolument pas au courant". "J'aimerais bien que le parquet, puisque les indices concordent pour dire que les fuites viennent du parquet, s'en tienne à la règlementation et la loi en vigueur", a-t-il ajouté.

"Il y a déjà une plainte qui a été déposée pour violation du secret de l'instruction, on va compléter cette plainte par les nouveaux éléments", a-t-il indiqué, remarquant que "l'indépendance n'est pas la norme dans les affaires les plus sensibles".

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le