Quand les personnes âgées imaginent leur avenir

Quand les personnes âgées imaginent leur avenir

Et si on imaginait l'endroit où l'on souhaite vieillir. C'est le projet un peu fou de quelques retraités qui a Villeurbanne, se sont construits un immeuble aménagé, et où le partage et le lien prennent un sens nouveau.
Public Sénat

Par Adrien BAGET et Pierre BONTE-JOSEPH

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Au premier coup d’œil rien ou presque ne distingue cet immeuble d’un autre. Sauf que pour habiter ici il faut avoir plus de 60 ans. Un projet commun, voulu et construit par tous ses habitants pour faire face au vieillissement. Chacun y dispose de son propre logement et de larges espaces communs, une salle polyvalente, des chambres d’amis et même une buanderie partagée. Ce type de résidence coopérative permet de vivre chacun chez soi mais dans un cadre collectif. Pour Janine 72 ans, le fait d’habiter dans un deux-pièces entièrement aménagé pour les personnes âgées lui permet de vivre sa retraite loin des EPHAD, une solution qu’elle refuse. Un sentiment de liberté et d’indépendance qu’elle recherche, « On décide ensemble, il n'y a personne au-dessus (…) de toute façon je veux finir ma vie ici, et ne pas aller en maison de retraite ». 

logement_cooperatif_pour_retraites.jpg

S’imaginer un avenir

Une solution déjà très développée en Suisse et en Norvège qui permet de faire face au vieillissement de la population , une alternative à la prise en charge traditionnelle pour Armelle de Guibert, de l’association des Petits frères des Pauvres « il faut être très imaginatif car les personnes concernées sont les plus à même de construire ces solutions (…) il y a une demande des personnes âgées car la solution EHPAD de 80 -90 places est souvent mal vécue par les personnes âgées, il faudrait que des dispositifs entre l’EHPAD et le domicile puissent se développer car elles sont souvent moins coûteuses qu’une place dans une maison de retraite et correspondent mieux aux besoins des personnes ». 

Ici, pas de directeur, pas d’aides soignantes ni d’animateurs mais une petite communauté de retraités qui partagent le même désir de vivre en autonomie. Ce sentiment d’autonomie est doublé d’un loyer bon marché comparé au coût des maisons de retraites médicalisées. Il faut compter  entre 600 et 800 euros, plus un ticket d’entrée de 30 000 euros qu’on récupère à son départ.

Une solution meilleur marché que l’EHPAD

La solution Ehpad comme source de contraintes
00:31

C’est Patrick qui voulu lancer ce projet malgré un véritable parcours du combattant pendant 9 ans pour convaincre architectes, assureurs et surtout les banques pour obtenir un prêt sur 50 ans « Au début il fallait qu’on explique que les Barges c’était le nom du quartier et non pas le nom qu’on s’est donné. Au début on n’y croyait pas et c’est petit à petit que cela s’est fait ». Une somme raisonnable comparée au coût de revient des maisons de retraites traditionnelles.

Pour Armelle de Guibert, « Avec l’âge, les besoins financiers sont importants soit on a une retraite très confortable où on peut voir venir et se payer tous les services, mais les financements publics sont insuffisants pour les personnes qui ont des retraites entre 1200 et 3500 euros, s’ils n’ont pas mis de côté ils n’ont pas les moyens suffisants pour se payer une maison de retraite ».

«  Je veux finir ma vie ici, pas dans une maison de retraite » Janine, 77 ans.

Reculer l'échéance

Parmi ces retraités, Monique est « la cadette » de l’immeuble. À tout juste 62 ans elle n’est pas encore à la retraite mais anticipe déjà ce moment. Pour elle « c’est la possibilité de vieillir dans un autre cadre et ne pas vieillir toute seule et difficilement » qui l’a poussé à entrer dans un projet qui selon elle permet « de reculer l’échéance le plus tard possible face aux pathologies les plus lourdes comme l’Alzheimer ». Et Patrick de conclure plein d’espoir « être dans ce projet, va permettre de retarder le moment où l’on devient dépendant ». 

 

Dans la même thématique

Quand les personnes âgées imaginent leur avenir
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

Quand les personnes âgées imaginent leur avenir
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le

Versailles: Congress at the Chateau de Versailles castle
2min

Société

IVG dans la Constitution : les derniers détails de la séance du Congrès

Lundi 4 mars, le Parlement réuni en Congrès va inscrire la liberté d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse dans la Constitution. On vous en dit plus sur les étapes de cet évènement historique. Un évènement à suivre sur les antennes de Public Sénat et LCP de 14h30 à 19h30.

Le