Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester

Si la concertation avec les responsables des partis et les représentants syndicaux venait à échouer, le ministre n’exclut pas un passage en force de la réforme des retraites. 
Public Sénat

Par Sandrine Tran

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Interrogé à la sortie des questions au gouvernement au Sénat, le ministre en charge des relations avec le Parlement s’est montré ferme au sujet de la réforme des retraites. Si une concertation n’était pas conclusive d’ici la fin de l’année, le gouvernement « prendra ses responsabilités » a-t-il assuré.

« Si jamais nous ne devions pas avoir de majorité à l’issue de ce travail de concertation, nous prendrons nos responsabilités, comme nous le prendrons pour tous les textes », a-t-il affirmé. Et de poursuivre : « Si nous devons à un moment ou à un autre, sur les lois de finances ou les lois de finances de la sécurité sociale, prendre nos responsabilités en utilisant des outils que nous donne la Constitution pour s’assurer que la France a un budget, nous le ferons. Et nous le ferons en sérénité comme d’autres gouvernements avant nous l’ont utilisé. »

« A un moment donné, il faut se décider à agir »

Avant d’ajouter que « l’ouverture, la concertation et le respect des oppositions » faisaient partie des méthodes de travail de la majorité, mais qu’ « à un moment donné, il faut se décider à agir pour nos compatriotes ».

Une manière de parler de l’article 49.3 sans le nommer, qui pourrait acter la mise en place de la réforme des retraites selon les termes de l’exécutif et selon son calendrier. A savoir un vote avant l’été prochain. Un serpent de mer auquel Emmanuel Macron avait promis de s’attaquer dès sa première élection en 2017.

Pour assurer qu’une concertation n’est pas qu’une question de forme, le ministre a tenu à rappeler que des premiers rendez-vous de travail ont déjà débuté entre Olivier Dussopt, ministre du Travail, et les organisations syndicales. D’autres sont à venir, réunissant Élisabeth Borne, Olivier Dussopt et Franck Riester avec les principaux représentants des partis politiques.

Les négociations auront lieu jusqu’à la mi-décembre et le projet de loi sera présenté en conseil des ministres « en début d’année » prochaine.

 

Dans la même thématique

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester
7min

Économie

Budget 2025 : le gouvernement veut faciliter le rachat de logements intermédiaires par leurs locataires

Une disposition, qui devait initialement figurer dans le projet de loi relatif au développement de l’offre de logements abordables, sera inscrite dans le prochain projet de loi de finances, a annoncé ce 15 mai au Sénat le ministre du Logement. Guillaume Kasbarian veut réduire la période au terme de laquelle des locataires peuvent acheter leur logement intermédiaire. Il réfléchit à des dispositions pour faciliter les emprunts bancaires des jeunes.

Le

Réforme des retraites : en cas d’échec de la concertation, le gouvernement « prendra ses responsabilités », prévient Riester
4min

Économie

Accord sur les fins de carrière à la SNCF : « Je ne comprends pas les accusations d’opacité », réagit le PDG Jean-Pierre Farandou

Devant le Sénat, le patron de la SNCF a défendu le contenu de l’accord relatif aux fins de carrière, signé le 22 avril. Selon lui, c’est un accord « raisonnable, équilibré et utile ». En réponse à Bruno Le Maire, qui regrette de ne pas avoir été averti, Jean-Pierre Farandou a rétorqué que les négociations ont démarré sur demande des pouvoirs publics et que Bercy siégeait au conseil d’administration.

Le