Réforme du code du travail: Copé soutient “sans hésitation” le texte

Réforme du code du travail: Copé soutient “sans hésitation” le texte

Jean-François Copé, député-maire LR de Meaux, a affirmé mardi qu'il soutenait "bien sûr" et "sans hésitation" le texte du...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-François Copé, député-maire LR de Meaux, a affirmé mardi qu'il soutenait "bien sûr" et "sans hésitation" le texte du gouvernement sur la réforme du travail, et que sur ce sujet, la droite devait "faire front commun avec Emmanuel Macron".

"Ce projet est exactement celui que je défends aussi bien sur le fond que sur la méthode, celle des ordonnances", a affirmé M. Copé lors de l'émission L'épreuve de vérité, sur Public Sénat, avec l'AFP, Radio Classique et Les Echos.

"Ca fait des années que je le préconise, d'ailleurs contre l'avis de Nicolas Sarkozy, de François Fillon à une certaine époque. Ils préféraient faire des référendums, alors que je suis totalement partisan de l'idée de faire cela tout de suite, profitant de la dynamique électorale", a-t-il ajouté.

Pour M. Copé, "il n'y a aucune hésitation, il faut soutenir de manière très claire" le texte, aussi bien "dans la prochaine Assemblée" que "dans le pays, parce que nous aurons des forces très réactionnaires pour l'empêcher. Je pense à la CGT qui va vouloir faire un remake de la loi El Khomri".

"Il faut que l'on puisse gagner cette bataille-là. Sur ce sujet, nous faisons front commun avec Emmanuel Macron", a-t-il insisté. "C'est maintenant qu'il faut le décider parce qu'après, il sera trop tard", a-t-il dit.

Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté mardi "le programme de travail" de réformes sociales des 18 premiers mois du quinquennat Macron, estimant "indispensable et urgent" de rénover le modèle social français.

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le