Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »

Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »

Renaud Muselier était l’invité politique de l’émission « Bonjour Chez Vous ! », la matinale de Public Sénat, ce lundi 19 octobre. Le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est exprimé suite au drame de Conflans-Sainte-Honorine. Selon lui, il faut agir collectivement et fort contre l’islamisme qu’on ne combattra pas avec des bougies et des commémorations. Il souligne l’importance des témoignages de soutien mais demande des actes concrets. Renaud Muselier est par exemple favorable à la dissolution du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France). Il était au micro d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Noémie Metton

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Professeur décapité : « On a un problème qui est finalement assez simple : on a une société qui est gangrenée par cette pression permanente de l'islamisme qui commence très tôt [...] On a une nécessité de réagir collectivement de manière très forte » « La loi [sur les séparatismes] finalement tombe bien parce qu'ils vont être obligés, en tout cas j'espère, de la durcir par rapport aux vœux pieux potentiels. Là il faut vraiment être dans l'action » « On peut rediscuter de la loi Avia mais elle attaquait le problème des réseaux et elle a été retoquée ou très diminuée à cause d'une Constitution qui était inapplicable donc il faut s'adapter à cette nouvelle guerre » « On fera un ouvrage que l'on distribuera à la rentrée, piloté par Régions de France, sur l'addition de toutes les caricatures qui ont eu lieu, religieuses ou politiques, et qui permettent le droit d'expression [...] ça fait partie de la pédagogie » « Ces témoignages de soutien c'est important mais ce n'est pas avec des bougies qu'on combat l'islamisme. Le CCIF c'est un organisme de propagande, de diffusion de haine qu'il faut dissoudre. Ce sont des mesures très claires et très concrètes » 

Relation État/régions : « Je salue le Premier ministre sur la qualité des relations qu'il a organisées entre lui et les territoires et les régions tout particulièrement. Nous avons signé avec lui un moyen d'accélération du dispositif du plan de relance » « Nous avons fait un travail législatif, de préparation, très important [sur la décentralisation] grâce à Territoires Unis qui peut être intéressant pour le gouvernement ». 

Report des élections régionales ? « Vous avez une crise sanitaire, une crise économique, une crise sociale. N'amenez pas une crise politique ! [...] Laissez l'élection en mars et si ça ne va pas on pourra annuler ». 

Marseille : « A titre personnel j'ai de bonnes relations avec Mme Rubirola mais j'ai un problème politique dans la mesure où je ne sais pas qui pilote l'avion. Je lui souhaite de prendre le plus vite possible l'habit. Aujourd'hui je n'ai pas d'interlocuteur » 

 

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le