REPLAY : Macron convoque le Congrès

REPLAY : Macron convoque le Congrès

Regardez en replay, le « match des idées » de l’émission « On va plus loin » consacré aux conséquences de l’annonce du Président de la République  de convoquer lundi le Parlement en Congrès.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après l’annonce du Président de la République mardi 28 juin, de réunir le Parlement en Congrès à Versailles lundi 3 juillet, le communicant Claude Posternak, soutien d’Emmanuel Macron et Olivier Babeau, représentant de la Fondation Concorde, analysent sur le plateau de Sonia Mabrouk, la communication du Président.

« Je suis extrêmement surpris que les gens découvrent que le Président de la République va s’adresser à travers le Parlement à la nation » s’étonne Claude Posternak. « Il s’y était engagé. C’était dans son programme en disant « Tous les ans je viendrai face au Parlement expliquer quelle est la démarche de ma politique » ».

La prise de parole du Président de la République se faisant la veille du discours de politique générale d’Edouard Philippe devant l’Assemblée, certains y traduisent une volonté d’ « effacer » le Premier ministre. « Ce sera très difficile de ne pas voir dans le Premier ministre, un exécutant » explique Olivier Babeau, qui tempère pourtant juste après : « Même si on a quand même vu pendant la campagne, la capacité d’Emmanuel Macron (…) d’avoir des discours suffisamment généraux, suffisamment au dessus de la mêlée (…) pour qu’un Premier ministre derrière puisse avoir un discours de politique générale, qui, lui, soit forcément plus précis, plus spécifique et que les deux paraissent réellement articulés : la stratégie [d’un côté]et la tactique . Ce sera très intéressant de regarder les deux textes ». 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le