“Restez chez vous !” : la France confinée pour la “guerre” contre le coronavirus

“Restez chez vous !” : la France confinée pour la “guerre” contre le coronavirus

Une attestation pour chaque déplacement, une amende en cas d'infraction et 100.000 policiers et gendarmes mobilisés pour contrôler: un...
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Une attestation pour chaque déplacement, une amende en cas d'infraction et 100.000 policiers et gendarmes mobilisés pour contrôler: un confinement inédit entre en vigueur en France mardi à midi pour tenter d'enrayer l'épidémie de coronavirus.

Ce 17 mars 2020, comme d'autres pays avant elle, la France bascule dans une ère inédite, quoiqu'attendue, "et pour quinze jours au moins", a déclaré lundi soir le président Emmanuel Macron.

"Jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix". "Nous sommes en guerre", a-t-il martelé.

Après la fermeture des écoles et universités, puis celle des cafés, restaurants et commerces non essentiels, les mesures annoncées lundi soir touchent encore plus directement la vie sociale, le coeur du quotidien, afin de "limiter au maximum les contacts" et lutter contre l'expansion du coronavirus.

Avec 1.210 nouvelles contaminations et 21 décès en 24 heures, le bilan officiel a atteint les 148 morts et 6.633 cas depuis le début de l'épidémie en France, selon le bilan établi lundi par le site Santé publique France. Sachant qu'il y avait dimanche soir environ 400 patients en état grave, et que le chiffre officiel des malades ne prend pas en compte ceux qui ne présentent pas de symptômes aigus.

- "Restez chez vous !" -

Face à la propagation exponentielle du coronavirus et un sens de la discipline pas toujours au rendez-vous chez les Français, "le mot d'ordre est clair: restez chez vous !", a exigé lundi soir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Le président Macron lors de son allocution télévisée le 16 mars 2020 à Paris
Le président Macron lors de son allocution télévisée le 16 mars 2020 à Paris
AFP

Concrètement, toutes les personnes qui circuleront devront être "en mesure de justifier leur déplacement", au risque de se voir infliger une amende de jusqu'à 135 euros.

Les déplacements tolérés concerneront ceux effectués entre domicile et travail quand c'est absolument nécessaire, pour aller faire ses courses, pour raisons de santé, ou encore pour "motif familial impérieux ou l'assistance de personnes vulnérables", a détaillé M. Castaner.

Autres exceptions permises, "pour des déplacements brefs, à proximité des domiciles. On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien… Mais chacun devra le faire avec parcimonie, dans le respect des consignes sanitaires et des gestes barrières, sans se retrouver en groupe", a-t-il précisé. "Si je devais le résumer, je dirais que l'on pourra prendre l'air, oui, mais certainement pas pour jouer un match de foot".

Si le "confinement" en France laisse une certaine souplesse par rapport à d'autres pays comme l'Italie et l'Espagne, il affectera la vie et les habitudes des familles. Le dimanche au soleil vécu par nombre de Français, notamment dans les parcs désormais fermés, semblera lointain.

- Soutien à l'économie -

Les polémiques économiques et sociales pré-coronavirus aussi. M. Macron a décidé que toutes les réformes, notamment celle des retraites, seront "suspendues".

Coronavirus : les annonces de Macron
Les annonces d'Emmanuel Macron pour endiguer la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus avec un confinement partiel de la populaton
AFP

Et pour éviter une multiplication des faillites, le président a annoncé une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, ainsi qu'un "dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d'échéances bancaires et de garanties de l'Etat à hauteur de 300 milliards d'euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques".

Les loyers et les factures d'eau, de gaz et d'électricité "devront être suspendus" pour les plus petites entreprises qui rencontrent "des difficultés", a-t-il également annoncé.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a assuré qu'il n'y aurait "pas de pénurie", tout en demandant de ne pas multiplier les achats de précaution. Mais en Alsace par exemple, une des régions les plus touchées, des grandes surfaces ont été prises d'assaut avec de longues files de chariots devant les entrées. Scènes vues dans la capitale aussi.

La Gare du nord à Paris, le 16 mars 2020
La Gare du nord à Paris, le 16 mars 2020
AFP

Et la Bourse de Paris a connu une nouvelle débâcle en chutant de 5,75% alors que les places mondiales sont toujours en pleine tempête et que Bruxelles attend désormais une récession pour 2020.

Lointaines, également, les élections municipales. Après un premier tour dimanche dernier marqué par une forte abstention, l'exécutif a décidé d'en reporter le second tour, initialement prévu dimanche prochain. Il ne concernera pas les élections qui ont été "acquises" dans 30.000 des 35.000 communes de France.

L'idée d'un report, qui aurait hérissé il y a une semaine, a été largement saluée lundi par la classe politique, unanime. Le Premier ministre Edouard Philippe a proposé la date du 21 juin aux chefs de partis qu'il a reçus lundi.

burx-ybl/roc

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

“Restez chez vous !” : la France confinée pour la “guerre” contre le coronavirus
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le