Retraites : en Suède, les perdants du système à points

Retraites : en Suède, les perdants du système à points

En France, le système de retraite à point que le gouvernement souhaite mettre en place, suscite une opposition forte depuis plus d’un mois. Pour autant, d’autres pays tels que la Suède l’ont déjà mis en place. 20 ans après le système n'est plus déficitaire, mais le nombre de retraités pauvres a augmenté. Le journaliste Fabien Recker est parti à la rencontre de ces Suédois.
Public Sénat

Par Pauline Vilchez et Fabien Recker

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En banlieue de Stockholm, Inger Stark aime passer du temps dans sa petite parcelle, même en plein hiver. Pour cette retraitée, jardiner ce n’est pas uniquement un hobby : « Je cultive parce que c’est une activité que j’aime bien… Mais aussi parce que cela me fait faire des économies. Je fais pousser des poivrons, des tomates dans ma serre, mais aussi des pommes de terre, des carottes et des betteraves ».

Système de retraites suédois

Avec environ 1 200 € de retraite par mois, Inger Stark vit juste au-dessus du seuil de pauvreté suédois. Mère de quatre enfants, elle a longtemps travaillé à temps partiel à cause d’un problème problèmes de santé. Aujourd'hui elle vit seule et fait partie des perdants du système de retraite instauré dans les années 1990. « Je n’ai pas les moyens de m’acheter de nouveaux vêtements. À Noël, un coup de pouce de ma fille m’a permis de m’en offrir quelques-uns. Mais je n’ai pas les moyens de faire des cadeaux à mes petits-enfants ». Pour elle le système de retraite suédois n'est pas bon : « Avant, c’était plus avantageux. Le calcul de notre retraite se basait sur nos 15 meilleures années de salaire, ce n’est plus le cas… »

La Suède s’est dotée en 1998 d’un régime de retraite universel. Il est le même pour tous les Suédois, qu'ils soient fonctionnaires ou employés du privé, et prend en compte l'ensemble de la carrière.

Le système des retraites suédois

Pour Ole Settergren, directeur d'analyse à l'agence nationale des retraites, « le système fonctionne comme un plan d’épargne. Tout l’argent que vous cotisez est accumulé sur un compte, et quand vous choisissez de partir à la retraite, on calcule votre pension en divisant la somme qu’il y a sur le compte, par le nombre d’années qu’il vous reste à vivre selon de l’espérance de vie moyenne ».

Toutes les variations du système se répercutent automatiquement sur le montant des pensions.

Géré par l’agence nationale des retraites, ce fonctionnement vernaculaire garantit à chacun une pension minimum, mais il est d'abord et surtout conçu pour ne jamais être en déficit. En fonction de la conjoncture économique, le niveau des pensions peut varier, y compris pour ceux qui sont déjà à la retraite. C’est-à-dire qu'elle varie selon l'ensemble des paramètres qui constituent la situation économique du pays (croissance du produit intérieur brut, croissance économique, niveau du chômage etc.)

En d'autres termes, « la stabilité financière du système est automatique. Mais il n’y a pas de finances magiques. Toutes les variations du système se répercutent automatiquement sur le montant des pensions. En 2010, et en 2011, après la crise financière, le niveau des pensions a baissé », développe Ole Settergren.

Les Suédois ne comptent pas seulement sur le régime universel de retraite pour assurer leurs vieux jours. En plus du régime général, ils bénéficient d’une retraite complémentaire financée par leur entreprise. L’épargne privée vient ensuite compléter le dispositif.

Système de retraites suédois

Chaque citoyen est encouragé à y recourir, et il n’est jamais trop tôt pour commencer. À 32 ans, Annette Garpe enseigne le suédois et les mathématiques dans une école de Stockholm. Cette année, pour la première fois elle a commencé à épargner pour sa retraite : « Je mets un peu de mon argent de côté chaque mois, pour le futur. Je me renseigne auprès de personnes de mon entourage, qui m’aident à le placer correctement. J’y place beaucoup d’espoir ».

Certes, notre système est autofinancé, mais cela se fait sur le dos des retraités modestes. Ce sont eux qui jouent le rôle de stabilisateur, voire d’airbag quand les temps sont durs.

Le système de retraite fait l’objet d’un large consensus au parlement. Il est le fruit d’un compromis entre plusieurs partis dont les sociaux-démocrates, les conservateurs, et même les verts. Ida Gabrielsson, députée du parti de gauche appartient aux rares voix qui en appellent à une réforme du système. « Certes, notre système est autofinancé, mais cela se fait sur le dos des retraités modestes. Ce sont eux qui jouent le rôle de stabilisateur, voire d’airbag quand les temps sont durs. Nous proposons de revenir à système de retraite qui soit plus redistributif », affirme-t-elle.

En Suède, il faut attendre d’avoir 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Pour autant l'incitation à travailler plus longtemps n’a pas encore porté ses fruits, puisqu'en moyenne, les Suédois prennent leur retraite à 64 ans, quitte à toucher une pension moins élevée.

Dans la même thématique

Retraites : en Suède, les perdants du système à points
4min

Société

Abnousse Shalmani reproche à la gauche d’avoir « abandonné l’amour de la patrie et le patriotisme »

Au lendemain des élections législatives ballottées entre les extrêmes, Abnousse Shalmani déplore que la gauche abandonne le patriotisme à l’extrême droite. Née iranienne et naturalisée française vers trente ans, l’écrivain et journaliste clame son amour pour le pays des droits de l’homme. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Abnousse Shalmani dans « Un monde un regard ».

Le

Paris : Vote au Senat pour le projet de loi immigration
3min

Société

Des menaces de mort à l’égard de plusieurs personnalités de gauche publiées sur un site d’extrême droite

Lundi dernier, quelques jours après la publication sur un site d’extrême droite d’une liste d’avocats à « éliminer », ce même site, hébergé en Russie, a appelé à tuer plusieurs personnalités de gauche et un avocat. Pour Ian Brossat, sénateur communiste de Paris visé par ces menaces de mort, « tout cela montre le vrai visage de l’extrême droite ».

Le

Palais de Justice de Nice
5min

Société

Liste d’avocats « à éliminer » : « C’est symptomatique d’une libération de la parole d’extrême droite », dénonce le Syndicat des avocats de France

Le 3 juillet, un site d’extrême-droite a publié une liste de noms d’avocats qui avaient signé une tribune contre le RN, intitulée « Liste (très partielle) d’avocats à éliminer ». Elle a provoqué l’indignation unanime de la profession et du ministre de la Justice. Cette liste, publiée entre deux tours de législatives très tendues, revêt un caractère encore plus symbolique, alors que se pose la question de la potentielle arrivée au pouvoir du Rassemblement national à l’issue du scrutin de dimanche.

Le

Retraites : en Suède, les perdants du système à points
4min

Société

Michelle Perrot observe un retour du masculinisme qui « risque de s’imposer dans toute la société »

Alors que le masculinisme prospère sur les réseaux sociaux, Michelle Perrot, figure du féminisme, alerte sur les droits des femmes qui restent fragiles. Si elle salue le combat des féministes aujourd’hui, elle dit aussi comprendre le désarroi de certains hommes. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit l’historienne au Dôme Tournon du Sénat dans l’émission « Un monde un regard ».

Le