Retraites : Frédéric Péchenard insiste sur l’importance « d’un régime dérogatoire » pour les policiers

Retraites : Frédéric Péchenard insiste sur l’importance « d’un régime dérogatoire » pour les policiers

La réforme des retraites poursuit son difficile parcours parlementaire, alors que le gouvernement a annoncé l’utilisation du 49.3. Si les parlementaires de l’opposition évoquent une réforme incomplète, le camp des Républicains insiste sur la nécessité de travailler plus longtemps.
Public Sénat

Par Océane Blanchard

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« La réforme des retraites était indispensable. Mais elle a traîné trop longtemps, et elle est trop compliquée » analyse Frédéric Péchenard, vice-président LR du conseil régional d’Ile-de-France. « Les gens ne comprennent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Le passage en force avec le 49.3, c'est une bonne nouvelle pour personne. On sait bien que quand le débat n'a pas lieu à l'Assemblée, il a lieu dans la rue. »

Chez les Républicains, la nécessité d’une nouvelle réforme des retraites ne fait pas de doute. Avec au centre, l’augmentation de l’âge de départ à la retraite. « Nous pensons qu'il faut augmenter l’âge de la retraite à 64 ans.  Quand on regarde les pays autour de nous : Italie, Allemagne, ils sont autour de 65 ans » déclare Frédéric Péchenard. « Je pense que les gens sont capables d'entendre ça, on est obligé de travailler plus longtemps parce qu'on vit plus longtemps ».

S’agissant de la fin des régimes spéciaux, l’élu des Républicains nuance ses positions. « Il y a deux choses à mettre en avant : la pénibilité physique d'un métier et la dangerosité. Vous avez des métiers qui ne sont ni pénibles ni dangereux, ceux-là ne doivent pas continuer à avoir des avantages spécifiques. »

Mais pour cet ancien directeur général de la police nationale, d’autres métiers doivent conserver des « régimes dérogatoires » pour la retraite : les policiers et les militaires. « Les policiers font un travail extrêmement difficile, on le voit au quotidien avec le nombre de tués, de blessés, de suicides. Il faut prendre ça en compte pour l'ensemble de la carrière et pour les retraites. »

Dans la même thématique

Retraites : Frédéric Péchenard insiste sur l’importance « d’un régime dérogatoire » pour les policiers
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Retraites : Frédéric Péchenard insiste sur l’importance « d’un régime dérogatoire » pour les policiers
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le