Retraites : « Il ne s’agit pas de réformer pour réduire les droits », veut rassurer Agnès Buzyn

Retraites : « Il ne s’agit pas de réformer pour réduire les droits », veut rassurer Agnès Buzyn

En ouverture du colloque sur la réforme des retraites, la ministre de la Santé et des Solidarités a déclaré que ce « chantier considérable » devait » « rétablir le sentiment d’équité et d’égalité ». Le dialogue avec l’ensemble des acteurs ne peut, selon elle, « être conduit dans la précipitation ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Pour la ministre de la Santé, le système de retraite actuel est arrivé à bout de souffle. « Ce système de plus en plus sophistiqué répond de plus en plus difficilement aux évolutions du monde », a souligné Agnès Buzyn, en ouverture du colloque sur la réforme des retraites organisé au Sénat ce jeudi.

Rappelant les engagements présidentiels d’Emmanuel Macron, elle a souligné que la construction d’un système universel de retraite par répartition » demandera du « temps » et devra répondre à une exigence de simplification, mais aussi « rétablir le sentiment d’équité et d’égalité ». « Les inégalités de traitement sont aujourd’hui nombreuses et sont inévitables dans un système qui comporte 42 régimes et autant de règles différentes », a-t-elle expliqué en préambule.

Le nouveau système, qui devrait être proposé par le gouvernement en 2019, devra « faire en sorte qu’un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé », selon les engagements du candidat Emmanuel Macron.

« Revisiter les solidarités »

Devant les sénateurs, la ministre a insisté sur la nécessité de mener une réforme d’ampleur, systémique.  « Ce chantier considérable ne doit pas être et ne sera pas une énième réforme des retraites », a-t-elle prévenu. Et de rassurer : « Il ne s’agit pas de réformer pour réformer, ou de réformer pour réduire les droits, ou pour les niveler par le bas. »

Ce big bang annoncé sur les retraites permettra notamment de réfléchir « aux besoins qui sont aujourd’hui mal pris en compte » – comme le cas des personnes malades, dépendantes ou handicapées – ou encore de « se pencher sur les situations qui sont aujourd’hui mal prises en compte », pour Agnès Buzyn, qui parle de « revisiter les solidarités ».

Face à ces défis, la ministre insiste sur l’importance de prendre le « temps ». « Ce travail demande du temps et ne peut être conduit dans la précipitation », a-t-elle insisté. Le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, mène depuis mi-novembre des consultations, et a déjà rencontré partenaires sociaux et parlementaires. Comme pour d’autres chantiers, le gouvernement a indiqué que la population serait associée aux réflexions, par le biais d’une « consultation citoyenne ». Ce jeudi, la ministre de la Santé a annoncé que celle-ci serait lancée en mai.

Agnès Buzyn : « Pas remettre en question l’âge légal du départ à la retraite »
01:54

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retraites : « Il ne s’agit pas de réformer pour réduire les droits », veut rassurer Agnès Buzyn
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le