Retraites : « Macron nous envoie vers un système à l’américaine » dénonce Fabien Roussel

Retraites : « Macron nous envoie vers un système à l’américaine » dénonce Fabien Roussel

Alors que la grève se poursuit contre la réforme des retraites du gouvernement, le député du Nord et secrétaire national du PCF accuse le gouvernement de vouloir pousser les actifs vers des fonds de pension.
Public Sénat

Par Océane Blanchard

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Transports bloqués, éducation en grève, manifestation importante : le gouvernement fait face à une grève de grande ampleur contre son projet de réforme des retraites. Pour ne rien arranger, Le Parisien publie ce lundi que le haut-commissaire chargé des retraites Jean-Paul Delevoye aurait oublié de mentionner dans sa déclaration d’intérêt sa fonction d’administrateur dans un institut de formation d‘assurance.

Une nouvelle symptomatique pour Fabien Roussel, secrétaire national du PCF. « On voit le vrai visage de cette réforme des retraites à travers le visage de son haut-commissaire » estime-t-il. « Celui qui est chargé de cette réforme a lui-même des liens avec les assurances, on voit bien que tout cela est intimement lié ». Jean-Paul Delevoye a finalement annoncé ce lundi en fin de matinée qu'il démissionnait de sa fonction au sein de l'IFPASS.

Gérer les retraites par « capitalisation »

 « Macron nous envoie vers un système à l'américaine, où chacun aura une retraite en fonction des moyens qu'il y mettra. Le super riche aura sa super pension. La retraite de base sera tellement ‘de base’ qu'elle ne sera plus rien » déplore Fabien Roussel. Pour lui, le gouvernement n’a envisagé que des scénarios où les pensions de retraite baissent. « « Elles vont passer de 50% du salaire moyen, à 33%. »

« L'objectif c'est que les retraités se disent : on ne va plus avoir de pension, donc il faut que l'on cotise vers des assurances privées » analyse le député communiste.  Pour lui, tout est fait pour pousser les futurs retraités vers des fonds de pension, afin de « gérer les retraites par capitalisation ».

« Est-ce qu'il faut taxer le capital ou est ce qu'il faut continuer à taxer le travail ? » interpelle Fabien Roussel, qui souligne l’effort national qui est demandé aux contribuables. « De l'autre côté, le capital n'a jamais gagné autant d'argent. »

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le