Retraites: Mélenchon appelle de nouveau à un retrait du texte

Retraites: Mélenchon appelle de nouveau à un retrait du texte

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau appelé mardi l'exécutif à retirer son projet de réforme des retraites, jugeant que si le Premier...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-Luc Mélenchon a de nouveau appelé mardi l'exécutif à retirer son projet de réforme des retraites, jugeant que si le Premier ministre est ouvert à la discussion avec comme "ligne rouge" l'équilibre financier du système, "on arrête tout et on discute de ça".

Edouard Philippe a donné mardi matin sur RTL un signe d'ouverture à la CFDT en qualifiant de "bonne idée" la proposition de conférence de financement, tout en appelant à ce que "chacun bouge un peu" afin de parvenir à un "compromis" sur la réforme des retraites.

"Vous venez de dire M. le Premier ministre que votre seule ligne rouge c'est l'équilibre financier. Très bien, on arrête tout et on discute de ça, cette fois-ci officiellement, solennellement", en saisissant le parlement, a réagi le chef de file de La France insoumise sur Europe 1.

Si Edouard Philippe est comme il le dit "ouvert à toute bonne idée du moment que l'équilibre financier du régime des retraites se trouverait être protégé", "il y a matière à discuter, mais il faut prendre du temps, (...) ça veut dire qu'on remet tout à plat, on rediscute de tout", et "dans ce cas il faut qu'il retire le texte" avant de réunir organisations syndicales et patronales, a plaidé M. Mélenchon.

Fustigeant l'inflexibilité d'Emmanuel Macron, il a fait valoir que "l'art de gouverner ne consiste pas à assommer ceux avec lesquels vous n'êtes pas d'accord", en soulignant que par le passé les "obstinés", tels François Hollande lors de l'adoption de la loi travail, "ont été éradiqués politiquement".

Alors que le Premier ministre a dit avoir demandé aux préfets de mobiliser les forces de l'ordre "pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de blocages de dépôts" de carburant, blocages qui seraient illégaux rappelle le gouvernement, Jean-Luc Mélenchon a appelé à "ne pas traiter (les grévistes) comme des délinquants", louant leur "sens des responsabilités": après 34 jours de grève "ils auraient pu bloquer tous les camions et il n'y aurait plus une goutte d'essence dans ce pays; ils ne l'ont pas fait", a-t-il fait valoir.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le