Rythmes scolaires : le Sénat invite le ministre de l’Éducation à ne pas les changer

Rythmes scolaires : le Sénat invite le ministre de l’Éducation à ne pas les changer

Alors que le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer souhaite que les communes puissent revenir à la semaine de quatre jours, le groupe de travail du Sénat sur la réforme des rythmes scolaires vient de présenter son rapport, lui enjoignant de ne pas revenir sur la réforme du quinquennat précédant, instaurant la semaine à quatre jours et demi.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Aussi « improvisée et incomplète » que soit la réforme sur les rythmes scolaires conduite par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, un groupe de travail du Sénat recommande au ministre de l’Éducation de ne pas revenir sur la semaine de quatre jours et demi pour répondre au « besoin de stabilité » exprimé par les dizaines d’acteurs du monde éducatif rencontrés au cours de son enquête. « Ce serait un mauvais signe car on ferait prévaloir le monde des adultes sur celui des enfants", a estimé Jean-Claude Carl, l’un des rapporteurs du rapport sénatorial. D’autant que les sénateurs ont constaté sur le terrain « un ressenti largement positif du point de vue des apprentissages en école élémentaire ». En maternelle, une « fatigue » des enfants a été notée. « L’école ne maîtrise pas le temps des familles », a toutefois tempéré Jean-Claude Carle.

Jean-Michel Blanquer prévoit pourtant de permettre aux communes, si elles le souhaitent et à la condition d’un « consensus local » avec les conseils d’école, de revenir à la semaine de quatre jours. Dans l’hypothèse où une telle mesure serait adoptée, les sénateurs enjoignent l’exécutif à fixer à 5h30 la durée maximale des cours et de compenser par une réduction des vacances scolaires.

Autre demande des sénateurs, l’évaluation de la réforme sur les rythmes scolaires engagée sous François Hollande. Trois ans après sa mise en œuvre, aucun résultat de celle qui aurait due être menée par le ministère de l’Éducation n’a encore été publié.

Dans la même thématique

Rythmes scolaires : le Sénat invite le ministre de l’Éducation à ne pas les changer
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Rythmes scolaires : le Sénat invite le ministre de l’Éducation à ne pas les changer
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le