Simeoni et Talamoni: la Corse toujours prête à accueillir l’Aquarius

Simeoni et Talamoni: la Corse toujours prête à accueillir l’Aquarius

La Corse est toujours prête à ouvrir un de ses ports à l'Aquarius, que l'Italie et Malte refusent une nouvelle fois d'accueillir, ont indiqué...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La Corse est toujours prête à ouvrir un de ses ports à l'Aquarius, que l'Italie et Malte refusent une nouvelle fois d'accueillir, ont indiqué mardi Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, les élus politiques de Corse.

"Aquarius: la Corse et ses ports restent disponibles pour une aide humanitaire d'urgence", a écrit sur Twitter le président du conseil exécutif de la Corse, Gilles Simeoni.

"J'ai écrit aux présidents des îles et régions de Méditerranée: nous devons exiger des États de l'UE qu'ils mettent en place une vraie politique européenne en matière d'aide humanitaire en Méditerranée", a ajouté M. Simeoni qui est aussi président de la Commission des Îles de la Conférence des régions périphériques maritimes (CRPM).

Cette commission réunit 23 autorités régionales européennes insulaires issues de 11 pays et représente près de 15 millions d’habitants. Elle vise à pousser les institutions européennes et les États membres de l'UE à accorder une attention particulière aux îles européennes.

"La Corse est exactement dans le même état d'esprit" qu'en juin, lorsque le navire Aquarius avait déjà été interdit d'accoster en Italie et à Malte, a souligné de son côté M. Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse, sur BFMTV.

En juin, la préfète de Corse, Josiane Chevalier, avait rappelé qu'une telle décision d'accueil "apparten(ait) à l'Etat français" et non aux élus d'une collectivité territoriale qui n'en ont pas la compétence.

"La Corse a déjà donné son point de vue, il n'a pas changé. Il faut maintenant que les autorités de l'Etat fassent en sorte que ces personnes soient accueillies", a ajouté M. Talamoni, soulignant que les 141 migrants à bord du navire n'étaient "pas tou(s) en bonne santé" et qu'"il y a donc une question d'urgence".

"Si les ports les plus proches sont fermés", a-t-il dit en évoquant ceux d'Italie et de Malte, alors "il faut que les autres soient ouverts", a-t-il insisté.

"La question aujourd'hui reste entière pour les navires et à nouveau l'Aquarius aujourd'hui. L'Europe a failli dans cette affaire et il est temps qu'elle se réveille et que chacun prenne sa part de responsabilité", a-t-il ajouté, appelant les "autorités de l'Etat (français) à dire aussi quelque chose".

Le navire humanitaire Aquarius le 1er août 2018 à Marseille
Le navire humanitaire Aquarius le 1er août 2018 à Marseille
AFP/Archives

"On a laissé pendant des années l'Italie se débrouiller avec ce problème comme si c'était son problème, alors que c'était le problème de toute l'Europe (...) Maintenant on ne va pas considérer que c'est le problème de l'Espagne parce que l'Espagne a une attitude plus ouverte", a poursuivi M. Talamoni.

Au-delà d'un accueil d'urgence, il a plaidé pour un "accueil pérenne", avec "une répartition harmonieuse en fonction des capacités de chaque Etat" européen, "y compris de l'Est qui sont réticents".

L'Elysée a indiqué lundi à l'AFP que la France discutait actuellement avec les autres pays méditerranéens de l'UE pour trouver "rapidement" un port d'accueil à l'Aquarius et ses 141 migrants.

L'Espagne, qui avait accueilli le navire une première fois en juin avec 630 migrants à son bord et est depuis devenue la première porte d'entrée des migrants en Europe, rechigne à se proposer à nouveau.

Pour l'Elysée, puisque le navire se trouvait lundi entre l'Italie et Malte, les ports français ne sont pas les plus proches, l'hypothèse de proposer au navire d'accoster en France étant ainsi implicitement écartée.

Le directeur du port de Sète, l'ancien ministre communiste Jean-Claude Gayssot, a cependant de son côté proposé lundi d'y accueillir le bateau.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Simeoni et Talamoni: la Corse toujours prête à accueillir l’Aquarius
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le