Simone Veil : « La France vient de perdre une très grande dame »  pour Gérard Larcher

Simone Veil : « La France vient de perdre une très grande dame » pour Gérard Larcher

Le président du Sénat a rendu hommage à l’ancienne ministre Simone Veil. En souvenir de cette figure du combat des droits des femmes, Gérard Larcher rappelle que le Sénat a voté le projet de loi sur l’IVG dans des « conditions apaisées », raison pour laquelle Simone Veil se « sentait bien » à la Haute assemblée. 
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Une très grande dame, un très grand serviteur de l’État qui portait en même temps un message très fort : celui de l’horreur de la Shoah (...) et de la dignité des femmes et des hommes ». C’est par ces mots, que Gérard Larcher a rendu hommage à l’ancienne ministre de la Santé, Simone Veil. Le président du Sénat en a profité pour lire un extrait du discours qu’a prononcé Simone Veil au Sénat, lors du vote de la loi sur la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) (voir la vidéo).

« Elle m’avait dit qu’elle s’y sentait bien (au Sénat) (…) Le débat au Sénat (lors de l’examen du projet de loi sur l’IVG) fut un débat beaucoup plus apaisé (…) Le Sénat vota son texte (…) alors qu’on attendait de la part d’une chambre à la réputation conservatrice qu’il bloque son texte » a-t-il tenu à rappeler avant d’ajouter : « Voilà pourquoi, elle m’avait  demandé que ce soit dans les salons Boffrand du Sénat qu’on lui remette son épée d’académicienne avant qu’elle ne rentre à l’Académie française ».

 

Enfin, Gérard Larcher n’oublie pas que Simone Veil, ancienne présidente du Parlement européen a également porté « l’espérance européenne ». « Au moment où l’on doute de l’Europe, c’est un message dont on a besoin aujourd’hui ».

 



 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le